• PAF SUR EKLA

     

    AFTER OVERBLOG ( 2008/9, Je ne sais plus...)

     

     

     

    PAFLARAGE sur EKLABLOG

    PAF SUR EKLA

     

    PAF SUR EKLA

     

    Mais, c'est qui cette paf ? 

     

    PAF SUR EKLA

  • SEULE...

     

    SEULE...

     

     

     

    La solitude est un gouffre d'où peuvent jaillir des larmes de sang.

    Tu crois tenir le silence entre tes mains, doucement

    mais ce n'est qu'un sordide bruit assourdissant

    qui voile en sombres lumières, le soleil levant

    autrefois si riche, si rayonnant.

     

     

     

    La solitude est une amie perverse qui lacère ta vie. 

    Tu crois la posséder,  mais elle a toutes tes cartes qu'elle trie

    et relance si vite que tu en perds l'esprit. 

     

    Tu te calmes avec elle quand dehors, le monde te trahi.

     

    Pourtant cette sournoise alliée que tu suis,

    te couvrira de foudre, d'éclairs maudits 

    qui te balanceront dans d'obscures abîmes rougis,

    par le sang des martyres qui attendent la nuit

    comme d'autres attendent la vie.

     

    SEULE...

     

     

    Elle te donne la liberté, sans jamais la reprendre.

    Mais en vérité, elle noie ton libre arbitre dans ses méandres.

    Et, quand tu te décides enfin à l'habiller pour sortir te détendre,

    son manteau rude et froid bloque les routes de ceux qui devaient t'attendre.

     

    SEULE...

     

    Être seule, c'est bouillonner d'idées qui se cognent aux portes du silence, fermées.

     

    Être seule, c'est se croire apaisée, alors que ta colère gronde sur ton passé.

     

    Être seule, c'est étouffer sa souffrance , qui n'a plus de couleur, ni de reflet.

     

    La solitude t'oblige à porter le fardeau de ta vie qui n'a plus de sens.

     

     

    Elle te comble avec outrance.

     

    Tu ne vois rien venir sur son chemin d'errances. 

     

    Tu penses dominer ton existence.

     

    Alors que tu ne creuses qu'un trou béant sans importance.

     

    @ Paf

     

    SEULE...

     


    11 commentaires
  • FRANCE 

    Sans Dessus Dessous...




     France ne t'endors pas !

     


    Je suis là !


    Exaltée,


    Pour te parler d'un passé familier.

     



    d'un homme mélancolique , affreux parleur.

     


    Une agonie toute en lenteur.

     


    Et des cris dans les nuits d'un monde-peur.

     



    Femme veux-tu faire naître un enfant de l'amour

     


    sur un terrain de jeux miné aux alentours ?

     


    Veux-tu voir semblables chagrins torturer nos discours ?

     


    Souhaites-tu enfermer ton regard dans un wagon-parcours ?

     



    Ouvriers de la terre,

     

    citoyens partenaires,

     


    voulez-vous accompagner des chants  

    souffrances au-dessus de vos terres ?

     


    Troubadours, artistes en tout genre, aimeriez-vous peindre une si triste atmosphère ?

     

     


    Donner aux ventres qui ont faim des lendemains affreux où tout se perd...

     



    Le souvenir se conjugue au présent .

     

    Il faut espérer une jeunesse à l'avenir florissant.

     

     


     Faire la sourde oreille aux images,

    aux textes naissants.

     


    Juste réapprendre à vivre en s'aimant.

     



    France, Sous-France, Souffrances.

     


    Veux-tu encore basculer dans la violence ?

     


    Et accepter autant d'intolérances ?

     


    Non !

     

    Réveille ta conscience ! 

     

     



    Accuse l'histoire, récuse les mots de haine, si froids.

     


    Relève la tête,  je t'en prie, souris-moi.

     


    On grandira ensemble pour faire de la liberté une loi !

     


    Ne laisse pas grandir ces propos infamants qui nous tueront toi et moi. ..



    France de deux mains.


    Surgis du côté jardin.. 

     


    Laisse les orages aux idiots, aux crétins.

     

     

    FRANCE!

     

    Réveille-toi demain !

     


    PafLaRage




    6 commentaires
  • MARGAUX

     

    L'âme brutalisée

     

    à Margaux.

     

     

    Un regard un peu flou puis un sourire qui s'illumine

    pour disparaître aussitôt sans plus donner de signes.

     

    Un visage d'ange sacrifié, un teint blafard qui éclaire la lune

    une princesse à la beauté frappante, bouleversante déesse de Saturne.

     

    Elle me touche si fort que mon cœur se déchire.

    Et , elle si fragile que son souffle te pose, sans jamais te tenir

    sur sa souffrance immense qui te fera blêmir.

     

    Dans ses yeux brille l'essentiel, 

    mais c'est si éphèmère que tu implores le ciel

    que cet oiseau sublime retrouve sa lumière sans chandelles. 

    que cette femme enfant redevienne cygne blanc en déployant ses ailes.

     

    Quand tu la vois pleurer, en silence en apnée

    tu voudrais l'envelopper d d'un amour étranger

    qui ne l'atteindra pas elle s'est déjà sauvée...

     

    Cette colombe n'a plus la paix.

    On lui a enlevé.

    Il n'y a plus de mots à prononcer...

     

    Cet ange marche somme un robot sur un terrain miné

    que tu ne pourras pas désamorcer.

    Sa plainte transparente est juste fredonnée.

    Mais tu l'entend de loin comme une onde enflammée.

     

    Cette fleur en bouton ne  s'épanouie jamais sous la rosée.

    Cette enfant au cœur tendre a déjà l'âme épuisée.

     

     

    Ma belle,  je t'en prie, regarde le soleil.

    Respire les odeurs sucrées comme le miel.

    Ouvre doucement la porte de ton pays  sans merveille.

    Donne moi juste une clef pour que je puisse te réveiller.

     

    MARGAUX

     

    @PAF 

     

    à Margaux ...

     

     

    jeune fille perdue, car trop perchée,

    que j'ai vu dans un endroit déconseillé..

     


    9 commentaires
  •  

    Vol au dessus d'un nid d'désespérés...

     

     

    J'avais dans l'idée, qu'on allait m'ponctuer.

    Me calmer, me reposer.

    J'fuyais ces fêtes surchargées d'émotions indomptées.

    La peur qu'un neurone casse, la peur du raz-de-marée.

    Plus de rage, l'âme vide et le cœur en apnée.

    J'y suis allée, aidée mais sans mes dés.

    ET

    Forcément j'me suis trompée.

     

    Mauvais chemin, mauvaise année.

    Les coucous sont gelés.

    Et le nid, pas si douillet...

     

     

     

    Alors, j'suis comme une bête saignée

    par le bourreau qu'est ma vie brutalisée.

    j'suis atrophiée, j'ai plus beaucoup de respect.

    Une empathie pourtant innée, devient plus limitée. 

     

     

    J'AI PEUR DE MOI COMME D'un CANON Chargé....

     

    Vol au dessus d'un nid d'désespérés

     

     

     

     

    Mon esprit s'échappe comme d'hab en fumée. 

    J'ai juste envie de me tirer.

    Les routes semblent barrées.

    devant mon corps sinistré.

     

    Mélancolie affreuse qui me perle les yeux fatigués.

    J'ai plus envie de continuer.

    Y'a plus d'questions, plus de réponses appropriées.

     

    Mélancolie tu me tortures l'âme damnée.

    Je veux que ça s'arrête ce désespoir insensé.

    POURQUOI j'ai plus la force de te contrer ? 

     

    J'AI PEUR DE MOI , COMME D'UNE OMBRE CACHEE

    QUI SURGIRA COMME UNE ARME AIGUISEE..

     

    Vol au dessus d'un nid d'désespérés

     

     

     

    Paf@

     

     

    Ce texte a été écrit en décembre dernier un peu avant NOËL...

    quelques part dans une chambre aseptisée..

    Depuis et encore une énième fois, je m'en suis sortie, moins désespérée..

    avec de l'aide dont on se dispenserait,

    si l'on était heureux , si l'on avait la sérénité.

     

    MES POTES DE BLOGS, LES PASSAGERS

    DU HASARD SUR MES MOTS TOUJOURS AUSSI SOMBRés, 

    oserais- je  avoir le cran de vous souhaiter

    UNE BONNE ANNEE 2017 ?

     

    La réponse est OUI, incontestée..

     

    JE VOUS SOUHAITE LE MEILLEUR POUR CETTE ANNEE.

     

    PAF@ QUI PENSAIS à VOUS SANS POUVOIR L'EXPRIMER..

     


    12 commentaires
  •  

     Défi EVY N°86

    http://plume-de-poete.over-blog.com/2016/11/defi-n-86-theme-douce-pluie.html

     

    douce pluie.

     

     

    La pluie nettoie mon âme sans parvenir à la soigner. 

     

    Elle a beau être douce , fraiche comme la rosée, 

    elle se colle à ma peau,

    me fait froid dans le dos. 

     

    Et mon âme brûlée

    reste vide à jamais.

     

    C'est vrai qu'elle est belle et source de vie sur cette terre

    si terrible, si triste, si amère.

     

    Mais elle ne parvient pas à me donner

    une infime douceur,  juste un grain de propreté.

     

     Mon âme est trop damnée.

     

    Douce pluie,

    tu n'es pas cette amie

    qui me redonnerait le goût de la vie.

     

    Mon âme est vide, un vrai naufrage.

    Seul l'orage calme ma rage.

     

    la tempête est mon alliée,

    ma sœur, ma liberté.

     

    La pluie trop fine, gouttes à gouttes

    ne calme pas ma soute.

     

    Et mon bateau-radeau continue son chemin de naufrages

    où s'échouent  les haines, les violences carnages.

     

    Où je tais ma raison pour garder l'âme sage.

    Où je perd mon nom, ma vie, toutes mes pages.

     

     

    @PAF

     

     

     


    6 commentaires
  •  Les défis de la plume d'EVY

     

    http://plume-de-poete.over-blog.com/2016/11/defi-n-84-theme-j-assume.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

     

     

     

    Défi n°85 / " J'ASSUME... "

     

     

     

    Assumer ??? vous plaisantez ???

     

    C'est ma marque de fabrique, mon truc inné.

     

    Ma façon d'exprimer : ben quoi c'est fait ..

     

    Et puis, après ?

     

    Que va-t-il se passer ?

     

    Rien de plus que quand tu n'as rien fait !!!

     

    Autant y aller, tant qu'à être sanctionnée,

     

    je préfère en faire une grosse, une bien surchargée

     

    Y'aura pas de problèmes,  je saurai l'assumer...

     

     

     

    C'est MA réalité.

     

    ASSUMER..

     

    Tant que j'en ai encore les capacités.

     

    Je n'vais pas me priver !!!

     

    de continuer à faire tourner

     

    en bourrique les idiots, les tarés,

     

     qui me brisent  mes dernières années.

     

    J'assume aussi tous les faits et méfaits

     

    même ceux des autres,  ça m'f'ra rien dépenser.

     

    J'ai payer ma note, bien au - delà de ce qu'on peut encaisser......

     

     

     

     

    Si tu veux que je t'aide à assumer,

     

    envoie un e.mail sans volonté.

     

    Dis moi à quoi tu joues, je te dirais qui tu es.

     

    Et puis si tu veux pas prendre le risque de te brûler

     

    le cerveau à essayer de penser à tes actes passés.

     

    Crache ta haine sur mon balcon mouillé.

     

    J'assumerai,  j'assumerai !!!!!

     

     

    @paf

     

     


    9 commentaires
  • https://giselefayet.wordpress.com/2016/11/03/imagecitation-25/

     

    Citation choisie :

    ''  La solitude est un arbre sans fruits. ''

    François CHALAIS.

     

     

     

    Moi, je préfère un arbre sans fruits

    qu'un bel abricotier aux abricots pourris. 

    Un arbre dénudé

    qui n'a que ses racines à observer.

     

    IMAGECITATION 25

     

    Un arbre qu'on ne peut pas déchirer, dénoyauter.

    Un arbre centenaire sans couleurs fanées.

    Mais, un arbre qui a  plein d'histoires à te raconter...

     

    IMAGECITATION 25

     

    E puis si tu observes bien le cours d'une année.

    Les fruits sont si éphémères, si rares pour te réconforter.

    au printemps, et aussi un peu en été...

    Et puis après ?

     

    Tu n'as plus rien , alors l'arbre de la solitude forcée

    t'aide à passer les vents et les marées.

    J'aime les passions des fruits , c'est sûr, mais

    je crois que je préfère une branche corsée ..

     

    IMAGECITATION 25

     

    qui m'aidera à me rel'ver

    qui me poussera pour marcher.

    qui comblera mes vides sucrés

    en me donnant la solitude en liberté.

     

    Misanthrope la paf ? Sait-t-on jamais...

    hum..il ne faut pas s'y trumper ( bof , trop fastoche là !!!mdr)

    Les fruits d'aujourd'hui aux allures aux beautés survoltées

    ne m'intéressent plus,  je suis désincarnée..

     

    @PAF

     

    IMAGECITATION 25

     


    10 commentaires
  • Les défis d'EVY

    /

    http://plume-de-poete.over-blog.com/-

     

    Défi : n° 84

     

     

    / GOMMER /

     

     

     

    J'ai rien à gommer... 

    j'ai déjà tout redessiné..

     

     

    Au lance flammes, au canif , à la craie.

    saboter tes projets ,

    juste pour t'emmerder.

     

    J'ai lâcher ma folie sur tous mes putains d'ennuis,

    juste pour voir si je me sens bien, si je réussi.

     

     

    C'est plutôt pas mal, un vent de liberté me façonne l'esprit.

    Et toi , pauvre malheureux tu deviens tout petit...

     

     

    J'ai gommé ta réalité et transformé

    la mienne en sphère sidérale déjantée

     

     

    qui me convient comme une robe colorée

    un manteau chaud pour m'épargner.

     

     

    Effacer ton mépris pour garantir ma vie.

    oublier ton visage vieilli , si aigri. 

     

     

    j'ai gazé ta vulgarité , dissiper ta violence de taré.

    Bref je t'ai carrément oublié.

     

     

    J'ai mis de l'eau salée

    dans ton vin qui sentait le vinaigre frelâté.

     

     

     

    Et puis j'ai atténué tes mots comme on efface un croquis en papier.

     

    Tu n'as plus d'intêret...

     

    j'ai laissé derrière moi l'existence abusée

    que tu m'auras donnée.

     

    roulé dans ta farine ton futur embrumé.

    Il y a juste notre fils qui prouve que tu as existé.

     

     

    J'ai adoré gommer ce que tu représentais

    c'est à dire à peu près rien de concret.

     

     

     

    Juste un vide ordure de mots saletés

    que je retiens difficilement ma nausée...

     

     

    C'est super de pouvoir GOMMER....

    Surtout un gros con qui ne fait que reculer. 

     

     

    qui se la joue PAPA à cinquante balais ,

    donneur de supers leçons alors que notre fils, petit,  tu l'as si bien raté...

     

     

    J'ai aimé t'effacer comme une larme au coin des yeux paumés,

    que tu as si souvent fait pleurer. 

     

     

    Je n'ai aucun regret de t'avoir atténuer.

     

     

    Quel étrange pouvoir, GOMMER...

     

    @ PAF 

     

    ICI :  les dessins superbes que j'ai emprunté, pour illustrer ce texte.

     

    PAF@ Châine YouTube/

     

    https://www.youtube.com/channel/UCyRRQLKN5c2gvP6_PnToRCA
      


    7 commentaires
  • https://giselefayet.wordpress.com/2016/11/12/albert-camus/

     

      ABECEDAIRE/ LETTRE /  

    C

     

    comme...

     

    CHATEAUBRIAND.

     

     

    François-René de Chateaubriand
    Auteur.

    Naissance: 4 sept. 1768 · Saint-Malo.
    Mort: 4 juil. 1848 · Paris.

     

      Mémoires d'outre-tombe 

     

    Chateaubriand,

    super célèbre,

    vaniteux et aristocrate

    a

    tout pour me déplaire...

     

     

     

    MAIS IL N'A PAS ECRIT QUE DES CONNERIES .

    LOIN DE Là...

     

     Citations

     

     

    Machiavel /

    rare génie qui, comme tous les hommes élevés d'esprit et bas de coeur, disait de grandes choses et en faisait de petites.


    Congrès de Vérone; Guerre d'Espagne de 1823; Colonies espagnoles Par François-René Chateaubriand - François-René Chateaubriand

     

    La mort est belle, elle est notre amie : néanmoins, nous ne la reconnaissons pas, parce qu'elle se présente à nous masquée et que son masque nous épouvante.


    Mémoires d'outre-tombe - Chateaubriand

     

    L'homme n'a pas besoin de voyager pour s'agrandir .

    il porte avec lui l'immensité.

    Tel accent échappé de votre sein ne se mesure pas et trouve un écho dans des milliers d'âmes : qui n'a point en soi cette mélodie, la demandera en vain à l'univers.

    Asseyez-vous sur le tronc de l'arbre abattu au fond des bois : si dans l'oubli profond de vous-même, dans votre immobilité, dans votre silence vous ne trouvez pas l'infini, il est inutile de vous égarer aux rivages du Gange.


    Mémoires d'Outre-Tombe - Chateaubriand 

     

    Oh !

    Argent que j'ai tant méprisé et que je ne puis aimer quoi que je fasse, je suis forcé d'avouer que tu as pourtant ton mérite :

    source de la liberté, tu arranges mille choses dans notre existence, où tout est difficile sans toi.

    Excepté la gloire, que ne peux-tu pas procurer ?

    Avec toi on est beau, jeune, adoré ; on a considération, honneurs, qualités, vertus.

    Vous me direz qu'avec de l'argent on n'a que l'apparence de tout cela : qu'importe, si je crois vrai ce qui est faux ?

    Trompez moi bien et je vous tiens quitte du reste : la vie est-elle autre chose qu'un mensonge ?.


    Mémoires d'Outre-Tombe - Chateaubriand

     

     @ PAF

     


    12 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique