• PAF SUR EKLA

     

    AFTER OVERBLOG ( 2008/9, Je ne sais plus...)

     

     

    PAFLARAGE sur EKLABLOG

    PAF SUR EKLA

     

    PAF SUR EKLA

    Mais, c'est qui cette paf ? 

     

    PAF SUR EKLA

  •  

     Défi EVY N°86

    http://plume-de-poete.over-blog.com/2016/11/defi-n-86-theme-douce-pluie.html

     

    douce pluie.

     

     

    La pluie nettoie mon âme sans parvenir à la soigner. 

     

    Elle a beau être douce , fraiche comme la rosée, 

    elle se colle à ma peau,

    me fait froid dans le dos. 

     

    Et mon âme brûlée

    reste vide à jamais.

     

    C'est vrai qu'elle est belle et source de vie sur cette terre

    si terrible, si triste, si amère.

     

    Mais elle ne parvient pas à me donner

    une infime douceur,  juste un grain de propreté.

     

     Mon âme est trop damnée.

     

    Douce pluie,

    tu n'es pas cette amie

    qui me redonnerait le goût de la vie.

     

    Mon âme est vide, un vrai naufrage.

    Seul l'orage calme ma rage.

     

    la tempête est mon alliée,

    ma sœur, ma liberté.

     

    La pluie trop fine, gouttes à gouttes

    ne calme pas ma soute.

     

    Et mon bateau-radeau continue son chemin de naufrages

    où s'échouent  les haines, les violences carnages.

     

    Où je tais ma raison pour garder l'âme sage.

    Où je perd mon nom, ma vie, toutes mes pages.

     

     

    @PAF

     

     

     

    Partager via Gmail

    3 commentaires
  • BONJOUR à vous TOUS.

     

    GROS GROS PROBLEMES DANS MA VRAIE VIE. 

     

    JE NE POURRAIS ÊTRE PARTOUT à LA FOIS...

     

    Je SUIS DESOLEE.

     

    à BIENTÔT, 

    JE LE SOUHAITE DE TOUT COEUR... 

     

    PORTEZ VOUS BIEN.

     

    @ PAF

    Partager via Gmail

    9 commentaires
  •  Les défis de la plume d'EVY

     

    http://plume-de-poete.over-blog.com/2016/11/defi-n-84-theme-j-assume.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

     

     

     

    Défi n°85 / " J'ASSUME... "

     

     

     

    Assumer ??? vous plaisantez ???

     

    C'est ma marque de fabrique, mon truc inné.

     

    Ma façon d'exprimer : ben quoi c'est fait ..

     

    Et puis, après ?

     

    Que va-t-il se passer ?

     

    Rien de plus que quand tu n'as rien fait !!!

     

    Autant y aller, tant qu'à être sanctionnée,

     

    je préfère en faire une grosse, une bien surchargée

     

    Y'aura pas de problèmes,  je saurai l'assumer...

     

     

     

    C'est MA réalité.

     

    ASSUMER..

     

    Tant que j'en ai encore les capacités.

     

    Je n'vais pas me priver !!!

     

    de continuer à faire tourner

     

    en bourrique les idiots, les tarés,

     

     qui me brisent  mes dernières années.

     

    J'assume aussi tous les faits et méfaits

     

    même ceux des autres,  ça m'f'ra rien dépenser.

     

    J'ai payer ma note, bien au - delà de ce qu'on peut encaisser......

     

     

     

     

    Si tu veux que je t'aide à assumer,

     

    envoie un e.mail sans volonté.

     

    Dis moi à quoi tu joues, je te dirais qui tu es.

     

    Et puis si tu veux pas prendre le risque de te brûler

     

    le cerveau à essayer de penser à tes actes passés.

     

    Crache ta haine sur mon balcon mouillé.

     

    J'assumerai,  j'assumerai !!!!!

     

     

    @paf

     

     

    Partager via Gmail

    9 commentaires
  • https://giselefayet.wordpress.com/2016/11/03/imagecitation-25/

     

    Citation choisie :

    ''  La solitude est un arbre sans fruits. ''

    François CHALAIS.

     

     

    Moi, je préfère un arbre sans fruits

    qu'un bel abricotier aux abricots pourris. 

    Un arbre dénudé

    qui n'a que ses racines à observer.

     

    Un arbre qu'on ne peut pas déchirer, dénoyauter.

    Un arbre centenaire sans couleurs fanées.

    Mais, un arbre qui a  plein d'histoires à te raconter...

     

     

    E puis si tu observes bien le cours d'une année.

    Les fruits sont si éphémères, si rares pour te réconforter.

    au printemps, et aussi un peu en été...

    Et puis après ?

     

    Tu n'as plus rien , alors l'arbre de la solitude forcée

    t'aide à passer les vents et les marées.

    J'aime les passions des fruits , c'est sûr, mais

    je crois que je préfère une branche corsée ..

     

     

    qui m'aidera à me rel'ver

    qui me poussera pour marcher.

    qui comblera mes vides sucrés

    en me donnant la solitude en liberté.

     

    Misanthrope la paf ? Sait-t-on jamais...

    hum..il ne faut pas s'y trumper ( bof , trop fastoche là !!!mdr)

    Les fruits d'aujourd'hui aux allures aux beautés survoltées

    ne m'intéressent plus,  je suis désincarnée..

     

    @PAF

     

     

    Partager via Gmail

    10 commentaires
  • Les défis d'EVY

    /

    http://plume-de-poete.over-blog.com/-

     

    Défi : n° 84

     

     

    / GOMMER /

     

    J'ai rien à gommer... 

    j'ai déjà tout redessiné..

     

    Au lance flammes, au canif , à la craie.

    saboter tes projets ,

    juste pour t'emmerder.

     

    J'ai lâcher ma folie sur tous mes putains d'ennuis,

    juste pour voir si je me sens bien, si je réussi.

     

    C'est plutôt pas mal, un vent de liberté me façonne l'esprit.

    Et toi , pauvre malheureux tu deviens tout petit...

     

    J'ai gommé ta réalité et transformé

    la mienne en sphère sidérale déjantée

     

    qui me convient comme une robe colorée

    un manteau chaud pour m'épargner.

     

    Effacer ton mépris pour garantir ma vie.

    oublier ton visage vieilli , si aigri. 

     

    j'ai gazé ta vulgarité , dissiper ta violence de taré.

    Bref je t'ai carrément oublié.

     

    J'ai mis de l'eau salée

    dans ton vin qui sentait le vinaigre frelâté.

     

    Et puis j'ai atténué tes mots comme on efface un croquis en papier.

    Tu n'as plus d'intêret...

     

    j'ai laissé derrière moi l'existence abusée

    que tu m'auras donnée.

     

    roulé dans ta farine ton futur embrumé.

    Il y a juste notre fils qui prouve que tu as existé.

     

    J'ai adoré gommer ce que tu représentais

    c'est à dire à peu près rien de concret.

     

    Juste un vide ordure de mots saletés

    que je retiens difficilement ma nausée...

     

    C'est super de pouvoir GOMMER....

    Surtout un gros con qui ne fait que reculer. 

     

    qui se la joue PAPA à cinquante balais ,

    donneur de supers leçons alors que notre fils, petit,  tu l'as si bien raté...

     

    J'ai aimé t'effacer comme une larme au coin des yeux paumés,

    que tu as si souvent fait pleurer. 

     

    Je n'ai aucun regret de t'avoir atténuer.

    Quel étrange pouvoir, GOMMER...

     

    @PAF 

     

    ICI :  les dessins superbes que j'ai emprunté, pour illustrer ce texte.

     

    PAF@ Châine YouTube/

     

    https://www.youtube.com/channel/UCyRRQLKN5c2gvP6_PnToRCA
      

     

     

    Partager via Gmail

    8 commentaires
  •  

    https://giselefayet.wordpress.com/2016/11/12/albert-camus/

     

     

     ABECEDAIRE/ LETTRE

    C

    comme...

     

    CHATEAUBRIAND.

    François-René de Chateaubriand
    Auteur.

    Naissance: 4 sept. 1768 · Saint-Malo.
    Mort: 4 juil. 1848 · Paris.

     

      ATALA. 

      Mémoires d'outre-tombe 

     

    Chateaubriand, super célèbre, vaniteux et aristocrate a tout pour me deplaire....

     

     

     

    MAIS IL N'A PAS ECRIT QUE DES CONNERIES LOIN DE Là...

     

     Citations/

     

    Machiavel ; rare génie qui, comme tous les hommes élevés d'esprit et bas de coeur, disait de grandes choses et en faisait de petites.


    Congrès de Vérone; Guerre d'Espagne de 1823; Colonies espagnoles Par François-René Chateaubriand - François-René Chateaubriand

     

    La mort est belle, elle est notre amie : néanmoins, nous ne la reconnaissons pas, parce qu'elle se présente à nous masquée et que son masque nous épouvante.


    Mémoires d'outre-tombe - Chateaubriand

     

      

    L'homme n'a pas besoin de voyager pour s'agrandir ; il porte avec lui l'immensité. Tel accent échappé de votre sein ne se mesure pas et trouve un écho dans des milliers d'âmes : qui n'a point en soi cette mélodie, la demandera en vain à l'univers. Asseyez-vous sur le tronc de l'arbre abattu au fond des bois : si dans l'oubli profond de vous-même, dans votre immobilité, dans votre silence vous ne trouvez pas l'infini, il est inutile de vous égarer aux rivages du Gange.


    Mémoires d'Outre-Tombe - Chateaubriand

     

     

    Oh ! argent que j'ai tant méprisé et que je ne puis aimer quoi que je fasse, je suis forcé d'avouer que tu as pourtant ton mérite : source de la liberté, tu arranges mille choses dans notre existence, où tout est difficile sans toi. Excepté la gloire, que ne peux-tu pas procurer ? Avec toi on est beau, jeune, adoré ; on a considération, honneurs, qualités, vertus. Vous me direz qu'avec de l'argent on n'a que l'apparence de tout cela : qu'importe, si je crois vrai ce qui est faux ? trompez moi bien et je vous tiens quitte du reste : la vie est-elle autre chose qu'un mensonge ?.


    Mémoires d'Outre-Tombe - Chateaubriand

     

     

     @ PAF

     

    Partager via Gmail

    12 commentaires
  • LE CANIF DE PAF

    SE DECHAINE..

    ET EMANCIPE...

     

     

    Une année noire, si sombre que j'ai eu peur pour la première fois...

    Pas le truc , qui te murmure à l'oreille doucement : ça va faire mal.

    Non , le truc que tu vois pas venir comme un orage d'un été froid.

    J'ai pas senti sur moi les yeux impitoyables du chacal.

     

    Alors, je me suis battue.

    Débattue.

    Abattue.

    J'ai hurlé,  j'ai pleuré,  j'ai même ri  avec vous les sang-sues...

     

    vous me bouffiez le peu que j'avais,

    Je donnais, je donnais et puis je m'oubliais.

    Mais la rebelle indomptée

    a fini par vous maîtriser.

     

     

    Non, ce qui m'a fini, ce qui a eu raison de moi...

    Ce ne sont pas toutes ces harpies ou tous ces scélérats...

     

    C'est toi ,

     

    Mon amour , mon enfant - ROI. 

     

    Et là,  je baisse les bras...

     

    Je m'affaisse , je me blesse, je hurle aux loups qui n'entendent pas.

     

    Un ADO - ROI, c'est un cataclysme sur une terre qui n'a  pas à être là.

     

    Un orage sinistre qui tombe là où il ne devrait pas.

     

    Une hargne passagère, ni gérée, ni pensée, mais qui t'envoie

     

    comme un boomerang , contre un mur assombri, avec pertes et fracas.

     

    qui revient avec un " Je t'aime" téléguidé par l'appât.

     

    Et qui se retransforme en monstre, si il ne l'obtient pas...

     

    tu as déjà commencé tout ça,

     

    en amont, sans vraiment mettre le paquet, juste distiller un de tracas.

     

    On me disait de faire gaffe,  de me protéger de toi !

     

    Je me faisais colère et envoyer " bouler " ces avertissements là..

     

    Mais cette année qui était la pire pour moi,

     

    ne t'a pas arrêté, tu as joué sans relâche avec cet amour que j'ai pour toi.

     

    Avec parfois l'appui du duo catastrophe qu'on forme ton père et moi,

     

    tu as manipulé , pulvérisé, démantelé ma sphère de mère qui crois en toi.

     

    La mort m'a touchée de près ces temps -ci, pour la deuxième fois...

     

    Et, malgré cela, ton narcissisme, ta volonté d'être LE ROI,

     

    Tu as continuer de tirer sur la corde sensible qui a fait de moi,

     

    une mère IMPOSSIBLE qui ne combattra pas...

     

    Je te donne les clefs de ta majorité, juste avancée de quelques mois.

     

    Moralement je t'émancipe, mais en fait c'est moi.

     

    Qui décide aujourd'hui qu'il n'y a plus de roi.

     

    @paf 

     

     Un, jour, bien-sûr, tu comprendras.

    J'espère seulement être là..

    juste à côté , à respirer les même fleurs que toi.

     

    Partager via Gmail

    4 commentaires
  • ATELIER/4 EN 1....

    http://ghislaine53.eklablog.com/ateliers-4-en-1-lady-marianne-clara-fee-capucine-maridan-a127337960

     

     

    Paf , elle n'a rien compris mais elle essaie qu'en même...

    ( Même pas peur...)

     

     

    Dans l'horizon épais, des matelots sans malice,

     

    aussi calmes que les paupières costales, d'une tempête

     

    aux flocons soyeux d'un blizzard indompté qui attise

     

    un grisonnant fantôme sans queue ni tête. 

     

    moi pauvre endormie, en six trouilles,

     

    dans un lit déformé qui sentait trop la rouille,

     

    j'ouvrais bien grand les yeux

     

    pour voir avec un grand malaise 

     

    passer une charrue avant les bœufs...

     

    tandis que des camelots tactiles et obèses

     

    se frottaient la panse sans camisole bleue.

     

    J'hallucinais, c'est sûr.. Carrément la totale !

     

    peut-être à cause de mes éclats d'otalgies...  

     

    Pourtant, il me semblait sentir cette atmosphère glaciale 

     

    où les calottes s'envolent sans cris,

     

    sous la couche fondante , de mains bien trop tactiles d'un hiver carcéral

     

    Laissez pisser le mérinos, hurlaient les paysans .

     

    tandis qu'un comte quelque peu agacé,

     

    aussi curieux qu'un pot de chambre délaissée,

     

    le cul dans son carrosse doré,

     

     s'embourbait  dans le champ.

     

     

    J'ai crû dev'nir follâsse

    sous la pleine lune qui fracasse ...

     

    @ PAF 

     

    ( FAUT QUE J'ARRÊTE LES PATCHS... )

     

      

     

    Partager via Gmail

    12 commentaires