• PAF SUR EKLA

     

    AFTER OVERBLOG ( 2008/9, Je ne sais plus...)

     

     

    PAFLARAGE sur EKLABLOG

    PAF SUR EKLA

     

    PAF SUR EKLA

    Mais, c'est qui cette paf ? 

     

    PAF SUR EKLA

  •  

    EVY/SA PLUME QUI DEFIE....

     

      EVY : Sa plume te défie...

    ( http://plume-de-poete.over-blog.com/2016/09/defi-n-76-theme-face-a-face.html )

     

     

         

    Haine et passion ,

     

    ma déraison.

    EVY/SA PLUME QUI DEFIE....

     

    Tes yeux ardeurs me brûlent la raison

    Tandis que ta candeur refroidit sensations 

    Ton visage si pur, ta bouche qui n'a plus de chanson

    Ton âme qui pense oui mais qui dit non

    Je deviens fou de cet amour métamorphose qui ne pose plus de questions

    je vacille et je succombe à toutes tes tentations

     

    Mon merveilleux amour, ma cruelle passion

    Tu éloignes ton cœur comme un papillon

    si sauvage et si beau, que je vole en éclats vermillons

    Mon tendre cœur devenu si aride qu'i n'y a plus de son

    Pourquoi ma douce princesse cette mortelle trahison

     

    Je souffre et rage comme un lion

    Je ne peux t'assurer aucun pardon

    C'est la fin de mon esprit, l'ultime décision

    Je n'ai que l'orage comme seul compagnon

    Fuit vite ma belle avant que la folie ne me jette dans le tourbillon

    où tu perdras la vie aussi surement qu'un papillon de nuit sous les rayons

     

    Laisse moi le cœur vide , cours vers ta beauté là où la neige fond

    Je n'ai pas de regrets, seul reste le profond

    que tu as tant donné pour mieux me détacher de tes sillons

    J'aurais voulu te tuer mais à quoi bon

    je vais bientôt mourir  de nos passions.....

     

    Voilà mon amie, ma douce EVY.

     

    Je suis encore hospitalisée ,

    mais c'est très bientôt la fin.

    Je viens avec une telle frénésie de reprendre la route des blogs,

    que je me suis passée une bonne nuit blanche,

    dans mon lit de malade

    à " redessiner " mon blog,

    comme pour une avoir une seconde peau...  

    Ce texte est le tout premier,

    écrit rapidement car c'est déjà l'heure des soins...

     

    TU ES TOUJOURS Là 

    pour MOI.

     

    ALORS QUE MOI JE N'Y SUIS MÊME PAS...

     

    IL EST POUR TON BLOG MA DELICIEUSE EVY 

    @ Paf.

     

       

    Partager via Gmail

    8 commentaires
  •  

    LA TERREUR 1230 ANS PLUS TARD...

     

     LA TERREUR, 1230 ans  plus tard...

     

    Humanité, citoyens, citoyennes,  mais quelle évolution !

     

    Quel modernisme ! Quel bond en avant ! Mais dans quelle direction ?

     

    Avant sous le terreur, on pissait dans la rue, sans mauvaises intentions.

     

    Aujourd'hui, aussi mais avec en plus, merdeux des graffitis à la con.

     

    Avant Lafayette retournait sa veste aussi vite qu'un paon bien lurron.

     

    Aujourd'hui, on a François, qui baisse sans remonter son joli pantalon.

     

    ( Pierre Cardin, j'imagine radin poltron... )

     

    Avant la guillotine  fonctionnait en orgiaques abominations.

     

     

    Aujourd'hui on a les kalach ' , les machettes, la chaise, des perfusions.

     

    Quel progrès, quelles démarches de rentabilité, vraiment ? Champions.

     

    Avant Robespierre épris de liberté.

    mais de si peu d'égalité, si peu de fraternité.

     

    Nous envoyez en l'air ces amis de toujours, choisi judicieusement

    les plus bons populaires, sans doute aussi cons, comme Danton.

     

     

    Aujourd'hui, des épris de liberté, il y en a dit-on...

    Mais la liberté, l'égalité, la fraternité, ya pas pas photomaton !

    Il semblerait qu'il n'existe plus rien , non...

    C'est juste selon moi, barbaries + pognon = Moribonds.

     

    Avant y'avait le gros roi Louis, trop bon, trop con.

    Berner par ses ministres , sa meuf dépensière, hautaine en jupons.

    Que le peuple ne la touchait guère, aucun pardon chez les poltrons.

    Sa perruque son fer saigne, son malheureux garçon.

     

    Aujourd'hui, dans un détail purement physique et fanfaron,

    je dirais q'Hollande est un roi de ce que vous voulais les larrons.

     

     

    Merci de ne pas me poser la question.

    Me foutre dans votre tête serait un véritable affront.

     

    Mais il tout comme Louis aussi mou qu'un mouton.

    Que le ministres, les dirigeants capitaux, ces porcs grognons.

     

    Dérision, sa maîtresse est tout aussi sympa que la marie-antoinon.

    que cet acidulé bonbon fait bien marre le peuple en perdition.

     

    La première, la deuxième, la troisième dame de France, pardon

    je m'en tape ! mais oui ma brave dame , je choisis mes mots les bons .

     

    / DONC RESUMONS :

     

     

    -Avant,

     

    violences massives dans les rues terreur, meurtres sans qualification

    Atrocités en tout genre, passons et trépassons

     

    -Aujourd'hui

     

    Violences décuplées , attentats dans nos villes , nos régions.

    Familles disloquées , Abominations. 

     

    -Avant

     

    Pas d'internet, un courrier sur un c'hval, un cachet rouge vermillon.

    des balances, riches à pleurer, devant  leurs maisons. 

     

    Ils y arrivaient la Marie, le Louis, à Varennes, mais là : gros bouchon...

     

    -Aujourd'hui

     

    Toujours des bouchons, mais

    INTERNET LA REVOLUTION...

     

    LA RAPIDE LA NETTE LA PRECISE, L'OEIL DU FAUCON.

     

    Alors là, ça part dans tous les sens, infos médias papiers, télévisions.

    La MORT éclate à la tête des mômes encore de noms.

    Et l'on filme l'horreur on l'évalue on la dilue ou non.

     

     LA TERREUR devient plus réceptive,  organisée en vulgarisations.

    Elle est plus distribuée commentée par des cerveaux en progression.

    Elle est alors plus destructive ils faut qu'nous le sachions.

     

    Alors la Paf, où tu veux en v'nir, t'es lourde ça commence à faire long...

    Non  j'suis maîgre comme un clou, j'y viens je cours je vole sans avion.

     

    LA TERREUR D'AVANT ?

    C'EST LA MÊME QUE MAINTENANT.

    LA TERREUR, 1300 ANS PLUS TARD

     

    EST :

     

    -VIVANTE

    -PUISSANTE

    -DESTRUCTRICE à 200%

    -INJUSTIFIEE à 2000%

    -ANARCHIQUE mais ORGANISEE

     

    Elle est donc sous mes yeux embués :

     LA TERREUR, 1230 ans  plus tard...

     

    BIEN PLUS DANGEUREUSE

    PLUS QUE JAMAIS.

    POUR :

     

    - Nos droits d'aimer qui on veut où on veut

     

    -nos droits civiques

     

    -nos droits sociaux

     

    -nos droits de citoyens du monde

     

    -nos droits de disposer de notre libre arbitre

     

    -nos droits à la décence

     

    -Nos droit de disposer d'un toit

     

    -nos droits à ne plus avoir faim, ni avoir froid

    ( MERCI COLUCHE )

     

    -nos droits à disposer de notre corps

     

    -nos droits à la santé, bafoués inexorablement

     

     

    Bref comme dit Paf-pépin-la-brève,

    et ça n'engage que moi.

     

    OUI.

    Le progrès existe.

     

    Mais que nous avons fait plus qu'un douloureux voyage vers l'enfer.

    Dans le temps des plus sombres moments de notre histoire.

    Où des hommes et des femmes ont combattu et donner leurs vies

    pour donner au futur

    un bien merveilleux espoir

    qui montait vers un doux rayon de soleil lumineux

    un extrait du bonheur

    auquel chacun veut croire.

    Alors dans nos rues dans les immeubles, sous le trottoirs.

    Que l'on soit jeune ou vieillard,

    rouge jaune vert, blanc bleu ou noir.

    que l'on soit renégats droit riche ou pauvre intello ou cafard

    on aspire à le toucher du bout des doigts en croix.

    Vous le savez vous le cherchez cet ESPOIR.

    Je le sais je le cherche, et je le touche parfois un peu,

    puis il disparaît SOUS UN AMAS DE TERREUR BLEUE.

    IMPOSSIBLE DE VÎVRE ...

     

    Mais surtout

     

    IMPOSSIBLE D'ENVISAGER UN FUTUR POUR

    TOUS CES ENFANTS QUI MERITENT

    CE QUE NOUS AVONS PU ENTREVOIR

    CE L'ESPOIR,

    CETTE PART DE BONHEUR APERçU DANS LES MIROIRS...

     

    - Liberté

    - Egalité

    - Fraternité

     

    Je sais encore bien barré noire la Paf,GRRRR

    j'SUIS PAS NOIRE

    J'SUIS JUSTE UN PEU BLEUE

    le contexte sans doute, l'hosto, mais ça va beaucoup mieux.

    Mais ça reste un cadre que je souhaite quitter au plus vite...

    Là je vais reter plus cool j'ai LA WIFIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII

     

    MERCI CITOYENS -CITOYENNES -AMIS(ES)

    qui me manquez

    c'est vrai même

    si je ne le vous prouve pas du tout !

     

    11 Septembre 1793... environ 

    HEU..

    BONNE LECTURE

    Malgré tout...

     

    @ La Paf.

     LA TERREUR, 1230 ans  plus tard...

    Partager via Gmail

    4 commentaires
  • Le

     

    Ha, ce brave SMUR des années 2000, ce numéro si rassurant.

    Ce S.A.M.U de nos papas, de nos mamans.

     

    Où est-il ce con ? J'peux pas répondre évidemment.

     

    Mais je peux vous alerter, vous donner des news, des vraies,

    toutes fraîches, car pour une fois je vais balancer

    ce flot, à froid sur un lit d'hosto, et sur papier.

    En fait je viens d'arriver.

    Alors avant de pouvoir vous l'donner

    net et froid, très grossier sur mon blog absentéiste notoire déjanté,

    j'ai rayonné de crayonner.

     

    Toujours de l'écriture automatique emphasée , voir en Pafée.

    Mais si un réseau s'approche d'un peu trop prêt,

    je saurai le dompter pour transférer sur le blog délaissé.

     

    Paf, elle se prend un coup de froid sous la cagna...?

    Ben oui ya des chanceux, j'en fais partie, enfin je crois...?

    Paf, elle attend que ça passe, mais ça trépasse pas...

    Le mardi mon fils m'appele,  je ne peux même pas parler 

    Tellement je tousse et suis littéralement suffoquée.

    Lenny s'affole mais comme vous le savez 

    c'est déjà la rentrée.

    Il est en cours et rater un prof en ce début d'année

    en term, avec son passif de l'an dernier,

    c'est vraiment pas gagné !

    Il décide donc de passer le lendemain, mercredi après avoir mangé.

     

    Bref comme disait pépin, le roi sacré (...?)

    venons en aux faits.

     

    Je passe une deuxième journée seule dans mon appart assez toussée,

    mais surtout une nuit effrénée en apnée.

    Sans respirer.

    Faux dira le docteur machin, vous seriez morte, enfin DCD.

    Et il a raison ce con, mais c'était pour la rime ! fais chier !

    Lendemain, Lenny se pointe avec sa pote ( ah le vilain mdr. )assez stressé

    de voir dans quel état j'erre, où j'suis située.

    J'répond à l'interphone et je vole m'allonger,

    je ne tiens plus debout, je suis asphyxiée.

     

    Au bout de tergiversations salées

    avec les poissons rouges, Lenny et son amoureuse un peu paniquée

    mon fils décide de faire le 15, vous vous souvenez ?

    Le fameux numéro rassurant de nos aînés.

    Je culpabilise d'un coup, j'prend l'téléphone vite fait

    sauf que je compose décomposé  le 18, les  pompiers...

     

    Il faut savoir que maintenant chez le particulier

    y'a plus d'pompier à part pour les calendriers.

    Là bien sûr ça se comprend aisément, c'est même parfait.

    Avec toutes ces merdes d'attentats, de risques permanents de sauter 

    ces violences que le monde subit, brutalités injustifiées, monde disloqué,

    nous sommes tous tétanisés.

    LE 15

     

     

     Bon, revenons à nos moutons décolorés

    le 15, je disais :

    -Plateforme/ Explications : dix minutes pausées.

    Je suffoque, j'me prend un pas la rage mais elle est très dilluée.

    On me passe un toubib, un DR House de série B

    -re- Explications/  Mais là, réponse du brave docteur très irrité.

    MOI- Je suis cardiaque +++( cardiomyophatie sévère, 30% de capacité cardiaque, etc.etc.

    J'ai pris froid et là je suis en détresse respiratoire.

    LUI- Il s'en tape et me demande mon problème présent non passé

    MOI- La colère monte et bien sûr la respiration est plus accélérée.

    LUI- Pourquoi vous avez pas appelé votre médecin, le VRAI ?

    MOI- Parce que c'est un gros con qui ne prend jamais

    sans rendez-vous, Monsieur est surchargé.

    ( On est beaucoup malade dans ma grande cité

    et on n'a plus qu'un médecin pour se soigner...? ou payer ? )

    LUI- Dites donc, pour quelqu'un qui se dit en apnée

    depuis lundi dernier, vous me semblez bien enérvée !!!

     

    Mon fils à deux pas , c'est un môme cool , sociable, respect .

    mais les chats ne font pas des chiens carrés

    et vice-versa notez

    qu'au féminin ça' fonctionne pas, car les chattes peuvent faire des chiens tarés.

    HO, là ça dérape, c'est vraiment grossier...

    Lenny , 17 ans, de son long bras prend le phone , énervé très léger

     

    LENNY- Maman vous dit qu'elle est cardiaque ,

    qu'elle ne peux plus respirer,

    et c'est la vérité !!

    ( Jusqu'ici tout va bien , il a pas freiné des deux pieds )

    Alors maintenant... BOUGEZ VOUS LE Q, là c'est abusé !!

     

    ( AIE. GROSSIER Là BéBé )

    Le toubib avec mon fils en conversation décalée,

    moi à 50 cm, j'entends pas trop bien , mais assez pour deviner...

     

    DR HOUSE Décanné et outréoutré/ oui mais... non... tatati-tatatère..

    Bon puisque vous le prenez ainsi, j'envoie quelqu'un mais vous devrez payer!

    MOI/ J'entends la dernière phrase, j'suis choquée

    je vrille et je dis au pauvre Lenny de vite lui raccrocher...

    Au nez !

    Pourquoi tout se tapage pour ne pas payer ?

    Ne manquerez vous pas de penser...

    SIMPLET

    Parce que Crésus m'a pris tout mon fric bas de pensionnée

    et qu'Hollande a garder la monnaie !

    faudra demander gentiment aux fameux fiscalisés des paradis ailés banquiers !

     

    Oh la maman indigne et indignée

    qu'il aille se faire voir que j'ai ajouté ( pas bien! Imparfait )

    Lenny raccroche , je dis qu'il est hors de questions de payer

    je n'ai jamais payé en bientôt 10 ans, j'suis en A.L.D

    et puis en invalidité 2 qui ne te donne plus le droit de bosser...

    L'interphone sonne promptement dix minutes après,

    mon fils court répondre , c'est les ambulanciers.

    Tandis que moi toujours butée, éreintée et abusée

    je crie , pas fort suis en apnée, : tu leurs dis de n'pas monter.

    Mais Lenny c'est pas la Paf, il est pas ouf , il est stressé,

    donc il leurs ouvre , ils peuvent aussitôt se taper les escaliers.

    Je me lève et le rejoins à la porte d'entrée,

    en toussant comme un pompier.

    Je dis au binôme assiégé

    Il paraît que je dois vous payer ?

    LUI/ Avez vous une carte vitale, une mutuelle, des papiers ?

    MOI / Oui m'sieur l'agent j'vais vous les donnez,

    MAIS EST CE QUE JE DOIS VOUS PAYER?!!

    LUI/ Ben surement une partie... puis il mate son binôme, une femme stressée

    car elle a déjà descendu quatre marche d'escalier,

    téléphone connecté avec le DR House entrain de chialer.

    MOI/ REGARDEZ  MA PORTE NUMERO 11, j'dis au costaud brancardier

    et retournez d'où vous venez au 15 s'il vous palit

    ( Notez bien la politesse retrouvée.. )

    Il rejoins sa coéquipière , et remonte en disant vous les avez insultés.

     

    Les poissons rouges, Lenny, Winona, moi, assise dans un fauteuil dans l'entrée,

    on est heu, dépités, curieusement étrangers aux faits, et puis moi bien suffoquée.

    Mais le gars du 15 voit un peu que la p'tite dame dépafée

    elle est vraiment pas bien du tout du tout, ça fait vrai !

    Il a pas d'empathie, mais il a par chance une conscience professionnelle innée.

    Alors il ajoute : avant de partir, je souhaiterais faire des stats. Hum! Gonflé !

    Lenny crie oui-oui, les constantes lui ça va le rassurer

    moi aussi d'ailleurs, j'dis allez-y,  faites votre taf rapidamenté.

    Là bien sûr, tension 17 ( mierdà ça c les flics ) ouais super, je dois être entre 9 et 12 maxi, etc...etc...

    Bon là le pro il me demande si je suis soignée pour l'hypertension

    j'crois bien que j'vais péter un plomb !!!

    Je lui sort mon gros carnet de suivi médical,

    il blémit  et se tourne vers sa pote aphone, on la transporte même à ch'val.

    Lenny dit NON ! Evidemment il sait que je suis nulle sur un cheval

    j'me sens mieux sur un bourriquet, tu tombes , t'as moins mal..

    Je pars donc comme cendrillon mais sans pantoufles

    en nu-pieds, pas de sac pour l'hosto, j'me camoufle.

    Lenny fermera l'appart, et on gérera plus tard cette grosse esbrouffe.

     

    Je plaisante assez lourdement, mais sachez que si Lenny n'avait pas été là

    le gaz carbonique ne sortait plus des poumons

    et j'allais sombrer dans le coma...

     

    JE T'AIME MON ANGE SUR LA TERRE, MA VIE, MON BEAU KARMA.

     

    Je sais...

    c'est long ce récit en direct, anecdote du 08 septembre,

    mais pour moi c'était nécessaire et puis c'est un relais

    pour vous interpeller sur ce que sera notre médecine de demain.

     

    Ah! Je vois déjà des sourcils se froncer d'indignité,

    les barbes se barber,

    par ces temps-ci barber les barbus c'est un peu heu, de l'animosité ? 

    ( Désolée , fallait que je la fasse,  c'est plus fort que moi,  j'suis consternée )

     

    Oui, faut pas toucher au 15, ils sont bons pour les attentas, les crashs

    les grosses merdes qu'on nous lache.

     

    MAIS PAR CE TEXTE GROSSIER

    JE SOUHAITE INTIMEMENT VOUS TOUCHER.

    Le particulier, vous, moi ,vos grands-parents,

    vos parents, vos enfants

    savez-vous comment on soignera vos familles, c'est alarmant.

    Dans un future pas si lointain, on vois déjà le fondement,

    la prise en charge totale des malades sera si distrayante

    qu'elle sera UNIQUEMENT gérée par internet notre seul présent.

     

    Croyez moi,

    ou plutôt, rassurez vous en ne me croyant pas.

    Mais vous savez que la Paf@ elle est gavé de défauts hilarants ou pas.

    Mentir ne fait pas parti de mon catalogue confort à moi.

    Il est bien trop vilain ce défaut, je ne l'aime pas, c'est comme ça.

     

    DANS QUELQUES ANNEES DONC

    SEULES,

    - Les métropoles auront les meilleurs hôpitaux.

    - Les mégapoles auront les méga-hôpitaux.

    - Les paupaules  ( Cognac etc.. ) auront internet si pas défaut,

    avec des plateformes et tout les déboires immoraux

    que cela ne manquera pas d'nous entrainer bien haut

     

    Quant à la PAMPA, ils auront... les rayons d'un soleil capricieux

    pour se chauffer si il frissonnent, la mare à canards s'ils sont trop fiévreux,

    Ils n'auront rien de médical sérieux...

    Car si leur OUIFI dit NON, ça s'ra mort,  foutu et surement dispendieux.

     

    IL EST GRAND TEMPS DE TERMINER CE TEXTE

    JE VAIS LE FINIR COMME UNE MECREANTE

    SI PAR MALHEUR,

    TU VEUX TE SUICIDER.. APPELE LE 15

    cette fin est pitoyablement sinistre.

    Mais je la maintiens sans sacrifice.

    NOUS VIVONS DANS UN MONDE

    PITOYABLE ET SINISTRE...

     

    @Paf

     

    PS

    allez un petit éffort rien que pour vous, un point positif :

    Internet est parfois bon :  il a cette faculté de nous relier.

    en ce sens , je l'aime .

    il m'est necessaire comme à vous.

    je vous embrasse la Pafou.

    Bisous.

         

    Partager via Gmail

    8 commentaires
  •   

     

    PAS LES MÊMES ÂMES...

     

    Il y a dans les soleils obscurs

    des ombres compatissantes, et puis des âmes impures.

     

    Savoir les attendrir est un art bien trop abstrait, bien trop dur.

     

    la douceur d'une image noire, d'une âme qui donne de l'espoir,

    il n'y a que les fous pour s'en apercevoir.

     

    Il semble que les anges deviennent fainéants,

    tandis que les malins prennent tranquilles les devants.

    Regardez la force de ces démons

    qui foudroient l'innocence, les rêves et les pardons.

     

    Observez leurs savoir-faire ignobles pour démonter la réflexion.

     

    Ouvrez vos yeux sur leurs immondes dévotions.

     

    Et puis cherchez les anges à l'abandon.

     

    Il n'y a que les fous pour pleurer sur les voiles opaques sans nom.

     

     

    C'est foncer dans un mur de se croire au dessus de tout soupçons.

     

    C'est oublier l'amour de compter sur les anges aux ailes vermillons.

     

    Les sangs impurs abreuvent déjà nos sillons.

     

    Nos libertés  s'écrasent dans de terribles sons.

     

    Et robots trop puérils on regarde les écrans de télévisions.

     

    Qui nous donnent la terreur en continue, sans rémission.

     

    Le feu agrandit la lumière des ténèbres qui approchent à tâtons.

     

    On a pas les mêmes âmes, ni les mêmes actions.

     

     

    Je crois bien

     

    qu'on est juste des pauvres humains

     

    façonnés par le le diable trop malin.

     

    Que nos enfants se fichent de leurs lendemains.

     

    Mais je continuerai de leurs tendre les mains.

    Au cas où je puisse éclairer leurs destins.

     

    @PAF

    Partager via Gmail

    8 commentaires
  •  

    J'ai plus de questions. 

     

     

     

    Vas y toi pose les, censure les, susurre les,

    j'm'en tape, j'ai les réponses, toutes celles qui vont t'emmerder.

     

    Allez, balance ta prose, tâte le terrain, gros malin.

    J'm'en balance, j'ai les argus celles d'hier, celles de demain.

     

    Crache dans ma soupe, j'mettrai du beurre. 

    Libère tes mots, mets toute ta hargne, ton impudeur.

     

    J'm'en fous, j'ai mes silences, mon ironie, ma fausse candeur.

     

    J'AI PLUS DE QUESTIONS

     

    Mais t'attends quoi un téléphone, un sms, une énième lâcheté ?

     des certitudes cruelles,  si fausses qu'on en rirait. 

    J'me  délecte à l'avance de tes phrases tachées.

     

    T'es juste l'évidence de cruauté gratos de ce monde de tarés.

     

    J'AI PLUS DE QUESTIONS

     

    J'ai plus d'questions, t'es tellement con, tell'ment surfait

    qu'ça m' fatigue à l'avance de devoir t'écouter.

     

    T'es juste une insolence, une erreur à zapper.

     

    Reprend ton souffle de celui qui s'la joue en pipant tous les dés. 

     

    J'm'enfume dans ton brouillard de non-dits, de contre vérités.

    Qu'tu m'assommes si bien que je vais me coucher.

     J'AI PLUS DE QUESTIONS

     

    Merde, t'es encore là dans mes rêves illustrés.

     

    C'est dingue t'es pire qu'une araignée.

     

    T'as tissé la plus belle toile, notre FILS qui semble m'oublier...

     

    C'est pour ça qu't'es encore dans la sphère de mon univers raté.

     

    C'est dommage j'aurais du te gommer.

     

    Comme un dessein malsain qui allait me bouffer...

     

    @PAF

     

    Partager via Gmail

    13 commentaires
  •  

    ABOMINABLE MONDE, JE TE RENIE

     

    Ma nuit se pose, mon jour s'impose.

     

    Mon silence est une pause, ma douleur une rose

    qui griffe ma métamorphose.

     

    Et si ma porte est close, c'est qu'il n'y a plus rien qui explose.

     

    J'implore, j'implose.

     

    Et puis c'est l'overdose.

     

    Alors le calme revient brouiller mes pistes moroses.

     

    Oh sublimes pilules qui cachent ma détresse et puis oublient les choses.

     

    Oh ma chair de ma chair qui s'oppose

    avec la brutalité d'la jeunesse et les mots cruels de l'adolescence qui ose.

     

    Et  puis toi, donneur de leçons sur fond d'l'hypocrisie de tes névroses.

     

    Laissez moi vous deux, plantez moi là car vous êtes la cause

    de ma déroute, de tous les doutes qui me composent.

     

    N'ouvrez plus la bouche, j'suis en hypnose.

     

    FOUTEZ MOI LA PAIX CAR JE M'INTERPOSE.

     

     

    L'abominable monde que vous me proposez

    me donne de terribles nausées.

    Je nie toutes vos vérités.

    Et j'irai vite fait renier votre passé.

     

     

     

    Mais où sont passé les anges ...

     

    L'empathie, le partage, le courage qui change

    cette terre aride  qui pue la violence et qui me dérange.

     

    L'amour et l'amitié, j'ai tout balancé, c'est tellement étrange.

     

    Comme si mon esprit s'éloignait sans idées, sans mélanges.

     

    Je n'attends plus rien,  je ne veux que le silence qui m'arrange.

     

    Je me sens si bien seule dans un halot orange.

     

    Suis je si démolie que les plus petits mots meurent dans ma bouche vidange. 

     

    Et que les chants des oiseaux, des si belles mésanges

    n'atteignent plus mon cœur froid, inutile, sans échange.

     

     

    Abominable monde que je me suis construit

    avec des parasites et des tonnes d'ennuis.

    Je te déteste, je te maudis.

     

     SANS VOIX/E

     

    @Paf.

     

     

     

    Partager via Gmail

    7 commentaires

  •  

    Mais il est où ce CON

    de

    CUPIDON ??!

      

     

    Pas sur mon c'hemin, ça c'est certain.

    Ni sur le tien où tu n'vois rien.

    Il est sur'ment beaucoup plus loin...

     

    Pas dans tes yeux avinés, c'est obligé.

    Ni dans ton coeur de pute déjantée.

    Il est,  je crois trop préssé pour s'arréter.

     

    Pas dans tes mots plats d'amour, tes beaux discours.

    Ni dans tes mains qui puent tes trahisons aux alentours.

    Il est sur'ment  pas dans nos tours.

     

     

     

     

    La voilà ma vraie question,

    il est où ce p'tit con

    de Cupidon ?

     

    Pas sur cette terre de misère.

    Ni dans vos austères manières.

    Il est,  j'en ai peur, vingt milles lieux sous les mers.

     

    Pas dans les bras des mômes sans repères.

    Ni sous les pas des soldats qui font joujou avec les guerres.

    Il est passé,  peut -être, tout près d'mon réverbère.

     

    Pas dans ce ciel sans atmosphère.

    Ni dans la tête de ces Caf-Mères, de ces sinistres pères.

    Il est,  je pense, dans la tempête, dans le désert.

     

    Il les balance où ses flêches, ses poisons ?

    Il est où ce p'tit con

    de CUPIDON ?

     

     

    Pas dans le lit de ces filles sauvages, qui racolent dans leurs cages.

    Ni sous la plume de la Paf qui rage.

    Il est,  je le présage, dans un lîvre de Q, sans aucun message.

     

    Pas dans vos religions, vos abominations.

    Ni chez les athéegristes et tous vos faux pardons.

    Il est si triste qu'il se cache sur'ment sous un voile à la con.

     

    Pas auprès des affamés d'la vie dure sans pitiè.

    Ni dans les rues inondées de mépris, de violences intégrées.

    Il est, c'est sûr, aussi transparent que le déluge d'une pluie d'été.

     

     

    Alors dis moi, toi qui dit oui, qui dit non.

    Il est où ce con

    de CUPIDON ?

     

    Pas dans ta télé-réalité, ta série B, ton film X.

    Ni dans les yeux des veaux qui me fixent.

    Il est, sans aucun risque, affalé dans une soirée mixte.

     

    Pas dans ce mariage blanc qui va broyer du noir.

    Ni dans cette bague aux diamants miroirs.

    Il est, sans desespoir,  entrain de se noyer dans ton verre de ricard.

     

    Pas dans cette musique aux remix qui passe à la radio

    Ni dans ces cervelles de moutons, de bulots.

    Il est monté si haut qui r'viendra pas si tôt.

     

     

     Reste où tu es CUPIDON.

     

    J'aime pas bien les refrains faux de tes chansons.

     

    Ni les regrets ni les pardons.

     

    Garde tes amours-toujours à la con.

     

    Ces je t'aime qui oublient si vite mon prénom.

     

    @ Paf

     

     

     

    Partager via Gmail

    19 commentaires
  •  FAIRE FUMER LES ANGES...

     

     

     

    J'suis sur la route du nouveau karma

    j'lui tends les bras, j'lui donne ma croix.

    Son rayon réveille ma pupille qui ne voyait que toi.

    Mais j'ai des réticences, un grand nombre, un gros tas.

     

    J'veux faire fumer les anges, sinon je n'y vais pas...

     

    J'ai c'vieil hiver qui m'a bouffé la cervelle

    assise par terre, il a glacé mes ailes.

    Alors je tranche à coups de pelle,

    dans l'lard, dans l'vif, dans les poubelles..

     

    J'veux juste faire fumer les anges, sinon c'est pas la peine...

     

     

     

    J't'ai abouti, tu m'as trahie, c'était mon prix

    le coût d'la vie des incompris.

    Aucun d'tes mots m'anéantie.

    J'ai plus envie.

     

    J'veux juste faire fumer les anges au paradis.

     

    Je sors d'la boue facile

    t'as pas gagné, j'suis plus fragile.

    J'ai la peau soleil et le coeur inutile,

    le ventre plein et le neurone futile.

     

    J'veux faire fumer les anges pour qu'ils restent tranquilles.

     

     

     

    Ma vie est un désastre

    un terrain vague que je castre.

    Une idiotie, un miracle sans astre.

    Un karma sans fruit, une histoire sans cadastre.

     

    J'veux faire fumer les anges et j'veux pas qu'ils soient chastes.

     

    Quand ma mémoire s'en va dans une brume épaisse

    je vide le verre à moitié plein et je casse le reste.

    Quand mes pleurs tombent sur vos sinistres vestes,

    je joue avec le feu, le vent et puis les pestes.

     

    J'veux faire fumer les anges, même si dieu me déteste...

     

    PAF@

     

    Partager via Gmail

    15 commentaires
  •  Si éphèmère...

     

    Fonds d'écran Jeux Vidéo League of Legends - Clash of Fates Encore du LOL. 

     

    Le bonheur, j'l'ai goûté, avalé de travers

    il vient de s'échapper, balayant mes barrières.

     J'suis déjà dans une autre sphère,

    paumée sans l'ombre d'un repère.

    Alors j'recule sans regarder derrière

    et j'me prend une tonne de misères.

    Les moutons ont bouffé la bergère.

     

     

     

     Quand assis sur ta chaise,

    t'enfonce mon couteau dans les failles de mes falaises

    je pisse le sang, t'es même pas mal à l'aise

    etrange regard qui se noie dans mes fournaises.

    Tu m'écrases comme une vulgaire punaise,

    lâche, t'attends même pas que je me taise,

    tu cours, tu voles, puis tu files à l'anglaise.

     

    tu broies mon âme disloquée.

    Et d'un revers de main tu déchires ce qui me restait.

    alors je suis comme un feu follet

    Et je pleure les cendres de mes fumées.

    tu r'passes et tu vides le cendrier.

    Tu m'fais le raz-d'marées,

    tu m'scotches au mur sans m'détacher.

     

     

     

     

    Lasse, lasse je tourne les pages éphèmères

    du lîvre de ma vie, éternelle galère

    où je navigue, où je me perd.

    Figée , douloureux crystal sans lumière.

     

     

     

    Tu veux qu'on parle

    qu'on verbalise mais moi j'ai juste un râle .

    tu joues au mâle

    sur-joue le mal.

    Squelettique et de plus en plus pâle,

    je replonge dans le canal.

    Et m'écorches aux parois abyssales.

     

     

     

    Et quand tu comprends qu'il est trop tard

    tu changes ton refrain noir,

    tu mets le voile sur mon désespoir.

    Mais je suis si cassée, si brisée, si cauchemar,

    que mon âme disparaît dans le brouillard

    et même le diable, ce lascar

    n'en donnera pas un kopek, pas un dollar...

     

     

     

     

     

    Lasse, lasse je meurs et crache ma vie éphémère,

    mon souffle court dissipe lentement ma colère.

    j'ai dans le coeur un sang impur, un sang amer

    qui quitte peu à peu tous les tristes artères.

     

     

    Si éphèmère

     

     Paf-sans-rage...

     

    Partager via Gmail

    25 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique