• PAF SUR EKLA

    PAF SUR EKLA

    LES PAFSEKLATE ARTICLES

     Paf.

    LES PAFSEKLATE ARTICLES

    descendre pour lire trankilou

    LES DERNIERS TEXTES

      pafés..

  • L'été des pressions...

     

     

     

    j'reviens des tréfonds d'l'atmosphère

    d'mon été caniculaire.

    J'suis vidée, éreintée

    douze kilos perdus sur les chaussées.

    Et mon corps sous pressions

    bouffe mon cerveau dépression.

    Un p'tit tour dans la conn'rie

    le vide et puis l'oubli.

    J'suis comme les combattants

    ailerons souffrants.

    Dans mon bocal

    j'me sens mal.

     

     J'me r'léve c'est dans la poche.

    j'retombe sous le glas, comme une cloche.

    et puis vous humanoïdes désassociés, 

    vous m'emmerdez, vous m'emmerdez.

     j'ferme les yeux pour pas être deux, 

    trop tard , ya un bus de connards qui m'broient les cieux.

    Alors, j'me tourne vers Dieu

    j'lui laisse le choix d'faire ce qu'il veut.

    J'ai faim de rien, j'demande qu'un peu.

    La survie au rabais et le coeur déchiré.

    Mon été indien ne me donne plus rien.

    Alors comme le poisson, le combattant, 

    je serre encore les dents.

     

     

     

     J'reviens de loin, ça c'est certain.

    Mais à quoi bon si j'dois tourner en rond.

    J'ai juste envie d'm'évader

    papillon dans un bagne d'illétrés.

    je m'ennuie de vous, mais je n'vous parle plus.

    La force m'a quittée alors j'm'éloigne des fûts

    d'la part des anges qui enivre les uns

    et enrichit  les autres misérables vauriens.

    Je fais l'effort de m'épancher.

    Planche de salut sur l'amitiè

    Mais mon été m'a disloquée.

    Et mon futur sens l'hiver glacé.

     

     

     

     Je ne suis plus désespérée, je suis juste fermée.

    le soleil ne me brûle plus la peau

    et le froid me fait grincer les crocs.

    je back pour un renouveau

    j'déconnecte de mon tombeau.

    j'ouvre mon cerveau sur ce monde si beau..

    Et j'vois qu'la mort, la haine et les bourreaux.

    Alors j'm'enferme dans un mutisme

    qui n'arrange que mon égoîsme.

    Mon été dépression sent la fin qui se lasse.

    Mais...L'automne suit mes traces.

     

     

    Paf.

    Partager via Gmail

    12 commentaires
  • La Route de ma Banque

    ou

    La Banque-Route...

     


     

    J'me marre comme une andouille

    mais j'me mare verte comme une grenouille.

    j'colle mon budget sur une feuille que j'gribouille,

    j'me chope deux ou trois stresses, j'me fous la trouille.

    j'compte vite fait ma réserve de nouilles.

    Puis j'prend la route de ma banque qui m'dérouille !

     

    En principe, un plus un ça fait deux,

    Ben non les gars pas chez la Paf. C'est rageux !

    Voir, frauduleux...

    J'compte sur mes doigts, rien n'y fait c'est toujours désastreux...

    j'demande conseil au conseiller, c'est hasardeux.

    Puis j'me prend la route de ma banque mais j'ferme les yeux.

     

     

    Pour arriver plus vite, éviter les agios-punitions,

    j'prend l'chemin le plus long,

    plus c'est long, plus c'est bon ?

    Mon porte-monnaie, peau d'hérisson

    se meurt d'angoisse, se prend l'frisson.

    J'prend la route du pognon, sans aucun rond.

     

    J'décide dans un sursaut d'allégresse

    d'me faire ma caisse.

    Mais j'ai la carte bleue qui paresse.

    J'tape le code, juste pour le fun, tout en délicatesse...

    Mais j'sens bien qu'ça va pas l'faire avec l'ogresse.

    J'prend la route des chéquiers qui disparaissent.

     


    Les trottoirs de ma banque me déroutent.

    Ils ont une sale odeur, des gros pavés qui coûtent.

    Une annonce de trader qui banqueroute.

    un gros mauvais présage qui me donne le doute.

    Une histoire sans fin, des esclaves dans la soute.

    Un Wall street qui dérape, des financiers qui joutent.

     

    On a les mêmes chemins qui font que l'on redoute

    le prix du méchant pain sans croûte.

    Je balise mes plans d'autoroute,

    j'fais l'impasse sur la monnaie d'singes, dissoute.

    La route de ma banque, j'la laisse aux créanciers sans écoute.

    Et j'me fais tous les mois ma p'tite banqu'route !

     

    Paf.

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    8 commentaires
  •  

    La misère nous f'ra lever le poing.

     

    Et l'on encaisse, et l'on encaisse.

    Et ils s'engraissent et ils s'engraissent.

    Et je me blesse, toi tu t'abaisses.

    Vois tu venir le vent de la détresse ?

    Vois tu venir les poings qui se redressent ?

     

    Et l'on a peur, et l'on a peur.

    Et ils dessinent notre malheur.

    Et ça m'écoeure, et toi tu pleures.

    Vois tu venir les rancoeurs ?

    Vois tu venir les poings qui combattront les leurres ?

     

     

    Et l'on attend, et l'on attend.

    Et ils nous appellent fainéants,  nous appellent fainéants.

    Et moi je nage contre courants,  toi tu sens même plus l'océan.

    Vois tu venir les marées de sang ?

    Vois tu venir les poings récalcitrants ?

     

    Et l'on survit, et l'on survit.

    Et ils s'étendent dans leurs orgies, s'étendent dans leurs orgies.

    Et moi je bouillonne au fond d'mon lit, toi tu transpires dans la lie.

    Vois tu venir les temps maudits ?

    Vois tu venir les poings qui rejoignent les cris ?

     

    Et l'on écorche tous nos mots, et l'on écorche tous nos mots.

    Et ils façonnent nos horipeaux, façonnent nos horipeaux.

    Et moi je vague à l'âme sur mon bateau, toi tu rames sur les flots.

    Vois tu venir les cortèges sans cadeaux ?

    Vois tu venir les poings écorchés vifs sous la peau ?

     

     

     

    Et l'on assiste au naufrage, l'on assiste au naufrage.

    Et ils ferment un peu plus nos cages, un peu plus nos cages.

    Et moi je peine et j'enrage, toi tu restes bien trop sage

    Vois tu venir le carnage ?

    vois tu venir les poings serrés dans les sillages ?

     

    Et l'on ne sait plus s'aimer, l'on ne sait plus s'aimer.

    Et ils s'abreuvent de nos lâchetés, s'abreuvent de nos lâchetés.

    Et moi je ne sais plus danser, toi tu t'enfonces dans le fossé.

    Vois tu venir la tempête et les orages illuminés ?

    Vois tu venir les poings entremêlès  ?

     

    Et l'on s'affronte sans raison, et l'on s'affronte sans raison.

    Et ils ricanent sur nos poisons, ricanent sur nos poisons.

    Et moi je dors sur ma passion, toi tu as honte de ton nom.

    Vois tu venir les bataillons ?

    Vois tu venir les poings d'une révolution.

     

     

    Paf.

     

    Illustrations les indignés :

    https://www.facebook.com/pages/Les-Indign%C3%A9s/164152583676685

     

    Paf-youtube-vidéo :

     

     

    Partager via Gmail

    10 commentaires
  •  

    La Garde à Vue.

     

    J'ai la conn'rie chevillée au corps

    Jamais de choses faites à moitié

    à peine le temps de m'retourner

    j'suis dans l'décor, j'suis dans l'décor.

      

    Un mauvais rève, une grosse erreur.

     

    J'ai eu l'trop plein,

    j'me fais l'terre-plein.

    j'en ai plein l'dos,

    j'me fais l'poteau.

     

     

    Raides comme la justice

    les honnêtes gens supportent pas l'vice.

    Alors vas-y que j't'appele la police,

    même pas le temps de m'faire des cicatrices.

     


     

    J'm'ensommeille sans l'soleil,

    j'me réveille dans la lune vermeille.

    Et dans l'brouillard de la geôle,

    j'ai froid contre les murs de fer et de tôle.

    Des silhouettes indociles , uniformes qui veillent.

    Tête qui bouillonne, relans de cocktails.

     

     

    J'ai eu l'trop plein

    j'me fais l'terre-plein

    j'en ai plein le dos

    j'me fait l'poteau

     

    Dérision et soumission.

    la loi et ses raisons.

    j'me noie dans l'énoncé des faits.

    j'hallucine sur ma criminalité.

    j'donne mes doigts à dessiner

    dans l'fichier d'la nation.

     

    La garde à vue a commencé.

    j'crois que j'me suis endormie au ciné.

    Non, c'est moi là qui fume ma blonde entre deux O.P !

    J'ai fait très fort, j'suis mal barrée.

     

     

    J'suis au violon sans un son .


    J'réfléchie vite sans bruit

    j'me vois dans un mauvais délire fortuit

    j'me suis fait serrer comme une abrutie

    La sanction pèse sur mes neurones ahuris.

    ébriété désoeuvrée et affranchie

    six points barrés sur le permis.

     

     

    Et les cadences de la justice

    qui tranchent net sans avarice

    Et mon coeur qui clignote trop tard sans malice

    Je suis à la merci de notre police.

     

     

     

    J'ai eu l'trop plein

    j'me fais l'terre-plein

    j'en ai plein l'dos

    j'me fais l'poteau

     


     

     Plus rien à dire, plus rien à faire

    j'ai fait comme il faut, j'ai tout foutu par terre.

     

    Dégradation de bien public

    c'est comme ça que m'ont dit les flics.

     

    J'regarde mes baskets, ma trottinette et mon cerveau

    Ya pas à dire j'ai bien TOUT FAUX !

     

     Paf

    Partager via Gmail

    5 commentaires
  • Le CYGNE.

     

    Je regarde la rivière

    en zappant mes arrières.

     

    Et devant moi se dresse

    un cygne blanc comme ma détresse.

     

    L'oeil rivé sur sa famille,

    il a ce côté tranquille

     

    que je n' reconnaît plus.

    Celui que j'ai perdu.

     

     

     

    Aussi blanc que ma pâleur mortelle,

    il glisse sur l'eau face à ma citadelle.

     

    Et mes yeux

    perlent une larme vers les cieux.

     

    J'ai le coeur qui vacille dans le cours d'eau.

    J'ai la pensée qui brûle mes derniers mots.

     


     

     

    Le cygne serein s'accroche à la lumière,

    tandis que moi pauvre âme égarée, je ne ressens plus l'air.

     

    Le soleil de Mai frappe et ballade les plus forcenés,

    tandis que les autres s'endorment, complètement hallucinés.

     

    Mes pas mal dirigés s'enfoncent sous les bois.

    Je te cherche angoissée, une dernière fois.

     

     

     

    Tu n'connais pas mes signes

    pas plus que mes désirs, tu n'comprends rien aux lignes.

     

    Difficile de continuer d'me frotter sur tes angles droits,

    sur tes angles froids.

     

    Je préfère les courbes de mon cygne

    plus rondes, plus subtiles plus douces et plus malignes.

     

     

     

    Va t'en, bouge OISEAU GRIS

    tu me caches la nuit.

     

    Et puis je ne t'aime plus.

    Tu m'as bien trop déçue.

     

    Je veux rester avec le blanc

    de mon cygne nonchalant.

     

    @Paf

     


    Partager via Gmail

    8 commentaires
  • Trahison + Trahison = Déraison

    Une énième trahison

    me troue le coeur  et ses fonctions.

    J'avoue que je me fais le grand plongeon.

    Celui, qui m'sommeill'ra, qui m'enverra dans les tréfonds.

    Où je contemplerai le fantôme de ma raison.

    Paf, elle est simple et naïve,, un brin gamine qui tourne en rond.

    Alors, normal, on lui tombe dessus comme l'atomique champignon.

     

    Une Paf trahie

    c'est comme un enfant qu'on oublie

    comme un oiseau qui tombe du nid

    Une Paf trahie

    c'est une Paf qui s'oublie.

    MAIS

    Une Paf qui s'enfuit

    c'est une Paf qui meurt encore une fois dans la nuit.

     

    La manipulation,

    faut la gérer et être bon.

    Quand ça m'r'revient dans la face, avec tous les démons,

    j'me tords dans tous les sens comme un poisson

    au bout d'l'hameçon.

    Alors mon cerveau s'liquéfie plein de poison.

    La trahison me fait perdre mes notions.

    Droite comme un "I"d'inflation,

    j'en prends plein la gueule,

    et j'veux dire non.

    MAIS

    C'est bien trop tard, le diable ne connait ps le pardon.

     

     

    Une Paf trahie

    c'est comme un lit défait, un corps trop alangui.

    Comme une idée qui passe et puis se contredis.

    Une Paf trahie

    C'est le silence à coup sûr qui étouffe tout bruit.

    MAIS

    Une Paf trahie

    c'est une page tracée MEURTRIE

    qu'elle cherchera à effacer sans cri.

    Une Paf trahie,

    c'est le début des ennuis.

     

     

    Une occasion d'se taire qu'on m'donne comme un joli colis de livraison.

    Des sentiments bafoués, des mots qui s'approchent comme la funeste oraison.

    Et puis moi qui s'accroche à mes murs à mon nom.

    Je perds pied face à la ligue des p'tits esprits, des fanfarons.

    J'avoue que j'ai mal à laisser derrière moi mes desseins trop mignons.

    à toucher du bout des doigts les baillons

    qui tairont à jamais mes folies, mes douceurs et mes inhibitions.

    J'avoue que mon parcours devient un peu trop long

    que mon sourire se fige dans l'incompréhension.

     

    Une Paf trahie

    c'est un bateau qui coule tout au fond,

    où le lâche capitaine n'aura pas su faire front.

    Une Paf trahie

    c'est des oui qui s'envolent étouffés par des nons

    MAIS

    Une Paf trahie

    c'est un coeur qui s'éffrite, qui dit non à la vie...

     

     

    @Paf

     

     

     

    Partager via Gmail

    17 commentaires
  •  

     

    J'suis fatiguée...J'veux rentrer...

     

    J'suis fatiguée

     

    d'vos simagrées alcoolisées

     

    d'vos âmes fausses et insensées

     

    d'vos facultés inadaptées

     

    d'votre aptitude à me berner

     

    d'votre amitié cyclothymée

     

     

    Vous m'fatiguez !

     

    J'suis fatiguée

     

    Vous m'dispersez

     

    Vous m'rocaillez

     

    Vous m'secouez dans l'sens où j'vais tomber

     

    Vous m'éberluez

     

    Vous m'assommez

     

     

     

    Vous m'fatiguez !

     

    J'suis fatiguée

     

    J'ai r'pris espoir, j'me suis trompée

     

    Ma peau s'enlise sous vos marées

     

    Je préfère rester seule que mal accompagnée

     

    J'suis l'hirondelle de votre printemps, bléssée

     

    J'me sens pas bien, comme l'étrangère blasée

     

     

     

    Vous m'fatiguez !

     

     J'suis fatiguée

     

    Vous m'orchestrez

     

    Vous m'désaxez

     

    Vous m'engluez

     

    Vous m'desossez

     

    Vous m'attachez pour me lier

     

    jusqu'à m'chocolater

     

    Vous squattez

     

    l'encéphale épuisé

     


     

     

    Vous m'fatiguez !

     

    @Paf

     

     

     

    ANATHEMA/ REGRET

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    16 commentaires
  •  

    Je t'écris du fond de mon duplex
    avec vue sur la mer couleur silex

    je malaxe mes corn-flakes
     en avalant mon verre de fervex

     


     

     

    faut que j'vomisse mes complexes
    que j' désaxe vos circonflexes

    pour que demain d'un coup d' larynx
    je t'envoie rejoindre le sphinx

     

     

     

    loin de tous les paradoxes
    voilà que tu m' la joues à l'intox

    et comme sur un ring de boxe
    tu fais d' ma vie du gras viandox

     

    alors envoies valser tes ex
    et viens me faire du sexe

    cesse donc tous ces telex
    et viens agiter mon vortex

     

     

     

    ne garde pas tes x
    et rends moi plus mes fresques

    fais de moi ton annexe
    et promis, sans aucun réflexe

    je deviendrai ta poupée de latex
    et pour que jamais tu ne te vexes
    vivrai ma vie en unisexe..

     


    sous aucun prétexte
    pour que cela ne vous vexe
    je ne retirerai mes textes
    de ces murs complexes

     

    mon verbe vous rend perplexes
    mais sachez que même sans syntaxe
    je serai toujours dans l'axe
    de tous ces gens sans réflexe.

     

     

    @Paf

    Un texte

    sans contexte...

     

     

    Partager via Gmail

    12 commentaires
  • Dans LA COUR DES MIRACLES.

     

     

     

     

    C'est la grosse débâcle dans cette cour des miracles.

     

    Ya Quasimodo qui me tacle .

     

    Parce que sa bosse ne porte plus chance,

     

    il a viré vers la violence.

     

     

     

     

    L'Esméralda sur le retour,

     

    misérable pute des alentours.

     

    Ya plus d'regards de velours,

     

    ya juste l'alcool et son glamour.

     

     

     

     

    Et puis ya l'Frollo

     

    qui t'f'ra la peau

     

    si tu tournes le dos.

     

    L'sentiment d'être le plus fort, le plus beau.

     

     Le neurone englué dans ses oripeaux.

     

     

     

    Alors j'suis là en ectoplasme,

     

    à m'demander où est ma place.

     

    Alors j'suis là des bleus à l'âme,

     

    à transpirer sous l'oriflamme.

     

     

     

    J'revois l'orange mécanique,

     

    du visionnaire Kubrick.

     

    Et ma cour des miracles devient sadique.

     

     

     

     

    S'isoler pour réver sans attendre la mort

     

    ou affronter le mal jusqu'au dernier décor.

     

    J'courberai pas l'échine dans c'duel, dans c'corps à corps.

     

    Sur les parvis de Notre-Dame je n'frai aucun effort.

     

     

     

    Voilà comment 

    les grands soupent en ricanant.

    Voilà les bulletins innocents

    d'la démocratie des impuissants.

    Voilà un spectacle

    qui sera digne de la cour des miracles.

     

     


     

    @ Paf-démagaucho

     

     

     

    Illustrations sur DEVIANTART /

    http://matiasmurad.deviantart.com

     

    Partager via Gmail

    4 commentaires

  •  

    LES INDIGENTS.

     

     

    Je croise son étoile dans un ciel sans argent

    et je sais que son âme me sourit, tendrement...

    Pourtant je crie la honte et sa robe sans volant,

    les prières inutiles et puis les faux serments.

     

    JE HAÏS LE CIMETIERE DES INDIGENTS.

     

    Son regard illumine la naissante heure d'été.

    Sa voix teinte les grises rues mouillées.

    Et, sa dépouille que personne ne veut, disparait.

    J'ai la colère qui gronde sans arrêt.

     

    LES INDIGENTS SONT MORTS. CADAVRES CONTRARIéS.

     

    Et tu parles dans le vide,

    comme un pantin avide.

    Et tu triches et tu speed.

    Et j'ai mal livide,

    sur des tombes, un p'tit peu trop rigides.

     

    LES INDIGENTS S'ENNUIENT SOUS LES TERRAINS ARIDES.

     

     

    Je t'aime d'une amitié si pure

    que mon coeur trop pauvre, est tout à coup moins dur.

    Et je te vois si calme, serein, sans armure,

    que d'instinct, je te suis comme une ombre immature.

     

    LES INDIGENTS DANSENT EN RIANT CONTRE LES VENTS D'LA MERE NATURE.

     


     

     

    Donnez votre argent pour enterrer les chiens.

    Votez en valsant pour foncer vers les riens.

    Tombez sur ma dépouille qui ne vaut plus rien.

    Lâchez vos règles, vos astuces et vos crachins.

    je m'en fous, je flotte déjà parmi les miens.

     

    LES INDIGENTS SOURIENT ET CHANTENT LE MÊME REFRAIN.

     

     

    ça refroidit l'ambiance

    ces flots d'indifferences.

    ça ronge les fous qui se balancent.

    Pourtant on prend le même chemin, en confiance,

    pour faire briller ta vie et colorer ta chance.

     

    LES INDIGENTS NE SOUFFRENT PLUS, IL Y A JUSTE LE SILENCE...

     


     

     

     

    à DAN.

     

    @Paf.


     

     

     

     

    Partager via Gmail

    15 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique