• ERRATUM ERAT

    LAPAF VA PAS BIEN C NET..

    UNE FAUTE DANS TOUT LE TEXTE !!!

    JE VAIS PAS LE REFAIRE!

    EXISTENCE AVEC UN E QUE DIABLE!!!!

    LES PURISTES DE LA LANGUES VONT ME....

    TROUVEZ ICI MES EXCUSES PLATES.

    @PAF.

     

    L'INEXISTANCE.

     

    L'INEXISTANCE.

     

    J'voulais faire d'la prose,

    mais franchement, ça m'indispose.

    J'en fais assez

    quand j'suis coincée.

    Entre mes quatre murs,

    je m'immature.

    Et au bord de mon lit,

    j'me cauch'marde ma vie.

    Depuis ces six années souffrances,

    je constate un peu plus mon inexistance...

     

    ALORS J'AI PRIS UN CURLY.

    CAR QUAND T'AS PAS D'AMIS...

    BEN Y PARAIT QU'TU PRENDS UN CURLY !

     

    L'INEXISTANCE.

     Ouais, c'est cynique et sadique

    L'idée qu'on s'fait d'la solitude hermètique.

    Mais quand j'veux en sortir

    on m'oublie comme si j'étais une statue de cire.

    Un ectoplame sans écran.

    Une étoile sans firmament.

    Alors  j'le crie

    que j'suis en vie,

    à coup d'colères homèriques !

     

    L'INEXISTANCE.

     

    J'attends souvent la nuit,

    car c'est ainsi que je me souviens qui je suis.

    Ya les bruits d'la cité

    du quart monde déliré.

    Un miaulement sexué.

    Une douleur qui casse le silence.

    Et moi qui part dans mon auto-délivrance.

    Ya pas d'combat.

    Juste la maladie qui est là.

    Et moi, j'en veux plus d'cette vie là.

     

    ALORS J'PRENDS UN SOMNIFERE.

     PARAIT QU'AND LES FRANCAIS SE DESESPERENT,

    ILS SOMNIFERENT !

     

    J'ai d'moins en moins de goût

    pour m'gaver des coups par coups.

    Je doute de tout.

    Comme une mer sans remous.

    Comme un fantôme reloud.

    Mes tentatives pour exister

    ont échoué.

    Alors entre deux rayons d'soleil qui m'émerveillent,

    C'est toujours l'orage qui gagne et qui me paye.

    PAF.

    je crois que mon inexistance

    est une petite mort en latence...

     

    Rien n'a plus de valeur qu'aujourd'hui

    GOETHE.

    L'amitiè est toujours

    une douce responsabilité.

    Jamais une opportunité.

    Khalil GIBRAN.

     

     

    Paf-YOUTUBE-vidéos

     

    Pin It

    26 commentaires
  • Les yeux de Salomée...

     

    Les yeux de Salomée veulent rester fermés...

    Comme s'ils n'étaient pas prêts

    à bien regarder

    cette hasardeuse réalité.

     

    Les yeux de Salomée

    ne cherchent pas encore la lumière annoncée.

    Comme si, ils se doutaient

    qu'les orages vont exister.

    Qu'ils seront bien trop forts pour la désarçonner.

     

    Les yeux de Salomée

    savent qu'ils vont pleurer.

    Alors ils restent bien cachés.

    Pour ne pas élucider les questions posées.

     

     

    Les yeux de salomée

    sont déjà très teintés

    d'un noir de jais.

    juste pour défier.

     

    Les yeux de Salomée

    s'ouvrent parfois pour se noyer.

    Mais se referment vite pour ne pas déranger.

    Salomée  s'enfouit en sensibilité.

     

    Les yeux de Salomée

    s'isolent déjà, innés

    dans l'obscurité.

    Salomée attends le bon moment pour déchirer.

     

     

     

    Les yeux de Salomée

    s'accrochent au coeur qui va l'aimer.

    Sans savoir quel vent la poussera vers l'éternité.

    Sans connaître les mers et les vagues déchainées.

     

    Les yeux de Salomée

    feront pleurer le passé.

    fleuriront le présent de multiples rosées.

    Et, coucheront l'av'nir sur des bouts de papiers...

     

    Les yeux de Salomée

    ont les paupières clouées

    dans la tranquilité

    d'une sphère symbolique  génée.

     

     L  es yeux de Salomée

    tardent comme s'ils voulaient enfin se faire désirer.

    Les yeux de Salomée finiront par s'exposer.

    Et puis iront s'expatrier...

     

    Paf.

    à k.

     

     

     

     

    Pin It

    13 commentaires
  •  

    Défi / évy  [ http://www.sirene.name/article-plumes-de-poetes-que-vous-inspire-cette-image-118623761.html ]

    Que vous inspire cette image ?

     

    Dialogue futuriste

    surréaliste ?

     

     - Hey!  Birdy ! Regarde un peu en bas,

    dit Kora, en s'marrant.

     

    - Tu rigoles !  j'ai l'vertige, j'peux pas !

     

    - Non ? j'y crois pas,

    ne m'dit pas que j'm'envole avec toi

    tous les jours !

    et qu't'as pas la maîtrise des parcours !!!

     

    - Désolé Kora, mais c'est comme ça.

    Mes arrières grand-parents volaient pas !

    souviens toi!

     

    - Oui birdy !

    mais si tu ne vois pas là bas,

    jamais tu pigeras qu'est ce qu'on fait là

    toi et moi !

     

    -Hummm, j'la sens pas ton histoire...

     

    - T 'as raison, elle est noire ...

    Un funeste destin ,

    a balayé les humains.

    Et la planête bleue leur a pété dans les mains...

    C'était un vrai cauchemar...

     

    - Alors là j'vais te dire, moi j'regrette rien !

    il parait qu'mes ancêtres se f'zaient bouffer par les tiens !

    Que le chef d'la famille était apprécié avec du vin !

    Et qu'il gueulait tous les matins,

    les deux pieds dans la merde des jardins !

     

    - Oui, exact! mon poulet !

     

    - M'appèle pas comme ça j'aime pas, ça fait niais !

    D'autant qu'c'était un mot grossier

    quand les terriens entre eux se moquaient,

    d'l'intelligence d'leurs policiers...

     

    - Waou ! tu m'épates t'as super bien suivi en cours !

    Rien à voir avec tes ancêtres d'la basse-cour !

    Qui cocottaient dans leurs discours...

     

    - Oui! un pur délire, ma mère m'en a parlé, l'autre jour !

     

    - Clair ! Allez, Birdy, fais un effort.

    prend l'télescope et r'garde la terre qui se tord..

    Tu vas voir un spectacle affligeant où les torts

    des êtres vivants ont causé leurs pertes et leurs morts...

     

    - T'es drôlement sinistre ce matin !

    Mal réveillée Kora ? Ou c'est encore tes nains

    d'humains !

     

    - M'en parle pas ! ils m'achévent !

    Ils se sont mis grève !

    On dirait qu'ils regrettent

    le temps où c'étaient pas des bêtes !!!

    Temps révolu, ils ont même plus d'planète!

     

    -Oui tu vois c'est pour ça

    Kora,

    ça m'tente pas

    d'regarder en bas !!

     

    Paf.

     

     

     

    Pin It

    26 commentaires
  • France ne t'endors pas !

    Je suis là !

    Exaltée,

    Pour te parler d'un passé familier.

     

    Un pays qui se heurtait à la furher

     D'un homme mélancolique et beau parleur.

    Une agonie toute en lenteur.

    Et des cris dans les nuits d'un monde-peur.

     

    Femme veux-tu faire naître un enfant de l'amour

    Sur un terrain de jeux miné aux alentours ?

    Veux-tu voir semblables chagrins torturer nos discours ?

    Souhaites-tuenfermer ton regard dans un wagon-parcours ?

     

    Ouvrier de la terre,

     citoyen partenaire,

    voulez-vous accompagner des chants souffrances au-dessus de vos terres ?

     Troubadours, artistes en tout genre, aimeriez-vous peindre une si triste terre ?

    Donner aux ventres qui ont faim des lendemains affreux où tout se perd...

     

     Le souvenir se conjugue au présent.

    Il faut espérer une jeunesse à l'avenir florissant.

    Et faire la sourde oreille aux images, aux textes naissants...

    Juste réapprendre à vivre en s'aimant.

     

    France, Sous-France, Souffrances...

    Veux-tu encore basculer dans la violence ?

    Et accepter autant d'intolérances ?

    Non ! Réveille ta conscience..

     

    Accuse l'histoire, récuse les mots de haine, si froids.

    Relève la tête, je t'en prie, souris-moi.

    On grandira ensemble pour faire de la liberté une loi !

    Ne laisse pas grandir ces propos infamants qui nous tueront toi et moi.

     

    France de deux mains, Surgis du côté jardin.

    Laisse les orages aux idiots, aux crétins.

    France ! Réveille-toi demain !

     

     

     Paf .

     

     

    je re-publie

    ce texte

    que j'avais fait pour un bloggeur qui,

    en MARS 2012, m'en avait fait la demande.

    Depuis ce bloggeur ayant disparu comme il était venu,

    je tiens particulièrement à mes mots

    et à ce texte...

    l'image montage du haut a été réalisé par ce bloggueur.

     

     Paf.

     

    Pin It

    12 commentaires
  • Défi/évy

    Plumes de poète.

    http://plume-de-poete.over-blog.com/ 

     

    LA POMME.

     C'est pas le fruit de la passion.

    c'est le pécher originel.

    Un passage essentiel...

    Et quand tu tombes dedans,

    tu perds les notions.

    Tu croques à pleines dents,

     

    sans savoir si un vers fait le con,

    à l'intérieur comme un poison.

     

    La pomme d'adam est masculine.

    Tandis que parfois on la devine,

    comme pour la pauvre blange-neige, assassine....

     

    On pense à la dévorer,

    avant même de penser

    à l'étudier...

     

    La pomme, elle a les couleurs du temps.

    Rouge écarlate sang.

    Vert comme un espoir naissant.

    Jaune comme un soleil étouffant.

     

    La pomme, elle est secréte

    sans être discrète...

     

    La pomme a le visage qu'on lui donne.

    Crue ou cuite, elle impressionne..

     

    Moi, j'l'aime pas trop la pomme...

    Trop dure à mon goût, trop brute de pomme...

     

    paf.

     

    Pin It

    14 commentaires
  •  

    ETRANGE PRESENCE...

    Un texte sur une image chez évy 

    [ http://www.sirene.name/article-etra-66538745.html ]

    évy/Défi : étrange présence.

    évy/Défi : étrange présence.

     

    Il l'avait vue s'égarer au loin, dans la brume profonde.

    Il se cacha discret dans le brouillard et sa pénombre.

    Elle était auréolée de la tristesse de la mort,

    qui t'enléve pour toujours un ami, un amour, un décor.

    Il sentait comme un soupir dés qu'elle avançait.

    Il fallait qu'il la domine , qu'il l'absorbe avant que la lune soit tombée.

     

    Perdue dans ses fantasques pensées,

    elle errait comme une poupée désincarnée.

    Une douloureuse étoile trop peinée.

    Un arc-en-ciel déchiré.

    Il la contemplait, un étrange espoir l'allumait.

    Elle ne l'avait même pas calculé...

    Elle marchait entourée, sans trop savoir où s'arrêter...

     

    Lui, la suivait comme on suit une aura,

    une atmosphère idéale, une présence de soie

    qui prend toutes les lumières.

    Même celles des enfers.

    Il la traquait comme une biche aux abois.

    Il ne se doutait pas...

     

    Il avait observé son regard pénétrant, comme apeuré.

    Il n'avait pas saisi, la force de ces yeux trop foncés.

    Elle survolait les ombres, et les bruits de la forêt.

    Il n'avait pas encore compris qui elle était.

    Il aurait bien aimé, la serrer de plus près.

    Mais étrangement quelque chose l'en empéchait...

      

    Celà faisait des heures, qu'elle oscillait,

    comme un étrange papillon que la nuit a bléssé.

    son étrange présence semblait nourrir

    un étrange silence, qui aurait dû le prévenir..

    Il était si sûr de lui, si présomptueux,

    qu'il ne remarqua pas l'assombrissement des cieux.

    Ses pas le conduisaient où elle allait.

    Mais il ne savait où menait ce sentier...

     

    Au fond de lui, arriva doucement une affreuse anxiétè.

    comme un creux dans le coeur, la gorge trop nouée.

    Il entendit même sans savoir s'il révait,

    comme un chant qui le caressait.

    la voix de la belle égarée était froide, comme sans tonalité.

    Il était bien trop tard pour reculer.

    Alors, il continua comme hypnotisé.

    Il eût  juste le temps de regarder le lac qui s'approchait...

      

    Et, l'étrange présence, noire comme endeuillée,

    lui tendit une main légère comme la plume d'un poète écervelé.

    Elle entraîna le pauvre chasseur chassé,

    sur la barque qui les attendait.

    Il senti alors que sa respiration lui échappait.

    Que son corps s'évanouissait,

    sous un baiser couleur de mort annoncée...

     

    Paf.

      

     

     

    les gifts animés sont pris ici:

     http://gifsartistiques.e-monsite.com/

     

    évy,

    je voulais te dire que tu es,

    depuis très longtemps,

    un déclencheur de mots chez moi pour illustrer,

    ton merveilleux univers féerique.

    J'ai sans difficulté,

    dés que je vois une image de toi, partagée

    une folle envie d'écrire, sans arrêt.

    MERCI.

     paf/Youtubée

    Pin It

    10 commentaires
  •  

    Dans la cour de récré de JILL

    http://jill-bill.over-blog.com/ 

    le mercredi c'est le jeu des prénoms.

     

    Aujourd'hui mercredi 19 juin 2013

    PAMPHILE.

     

    Il a du style le Pamphile,

    dans l'bidonville

    il suit les filles

    le Pamphile.

     

     

    Même les brindilles,

    ou les chenilles,

    il suit n'importe quoi, dans sa course dans sa file

    Ya rien qui l'arrête pas la moindre broutille.

    il a le goût d'un orage qui vrille.

     

     

    On l'observe depuis des heures, le pamphile.

    On l'imagine bientôt dévastateur, le pamphile.

    On sent l'odeur de la pluie, la rage des gorilles.

    On sait que la forêt souffrira dans les îles.

     

     

    On l'attend à manille,

    le Pamphile.

    Sera-t-il meurtrier, cette année le pamphile?

    Où sera-t-il détourné, loin des villes...

     

     

    La studieuse météo prévoit la mer pas tranquille,

    elle devine le vent en torpille.

    Alors elle imagine un prénom difficile,

    l'ouragan, cette année s'appélera Pamphile.

     

     

    Ainsi on interdit les sorties, on reste immobile,

    en attendant le pamphile.

    Il passera comme un fou sur les asiles.

    Et détruira les domiciles le pamphile.

     

     

    puis il s'estompera plus docile, le pamphile.

    Certains en garderont une trace indélèbile.

    On trouv'ra un autre nom, pour d'autres ouragans, plus hostiles.

    Puis le temps tuera pour de bon le fatal pamphile.

     

    Paf.

    images de deviantart

     
     

    Pin It

    12 commentaires
  • Texte inspiré par un pur moment de délire avec ma pote karine...

    Et j'ai crié, criéééé à l'un pour qu'il revient....

     

    Et j'ai crié à l'un pour qu'il revient !!!

     

    OUI, j'ai crié, Alain terdit.

    Mais aussi Alain transigeant.

    Et puis Alain tégriste.

    Rien n'est venu, alain cessant.

    Alain cendie.

    Alain dépendantiste.

     

    Et j'ai crié, criéééé à l'un pour qu'il revient....

     

    J'ai pas zappé, Alain correct.

    Ni Alain terminable

    J'ai chialé sur Alain possible.

    J'ai rigolé sur Alain direct.

    Mais j'ai perdu avec Alain discutable.

    Et j'ai nié l'Alain discible.

     

    Et j'ai crié, criéééé à l'un pour qu'il revient....

     

    Ah que j'lai haï, Alain pénètrable.

    Et puis aussi, l'Alain discrètion.

    Mais j'm'en foutais d'l'Alain soumis.

    Quant à Alain soutenable,

    j'l'ai giflé avec un vent, Alain compréhension.

    J'vous parle même pas d'Alain compris.

     

    Et j'ai crié, criéééé à l'un pour qu'il revient....

     

    Ah ! que j'en ai versé des larmes sur Alain fâmant.

    Pour ensuitem'consoler avec l'Alain qualifiable.

    C'est épuisant d'crier après l'Alain domptable.

    Et c'est stressant l'Alain juriant.

    J'l'appèle jamais l'Alain fusion,

    pas plus que l'Alain digestion.

     

    Et j'ai crié, criéééé à l'un pour qu'il revient....

    Il est marrant l'Alain colore.

    Par contre, j'l'aime pas l'Alain justice.

    J'ai eu du mal avec Alain dolore.

    Et, j'suis à l'ouest avec Alain stigatrice.

    j'me refait pas avec l'Alain délicat.

    Pas du tout sûre d'Alain cas.

     

    Et j'ai crié, criéééé à l'un pour qu'il revient....

     

    Oui, j'ai crié, crié Alain six dents.

    Et j'ai perdu l'Alain dolent.

    J'suis monté haut avec Alain flation,

    mais r'descendue sans l'Alain tension.

    je vous parle pas d'Alain terieur,

    j'l'ai oublié comme l'alain terrupteur.

     

    Et j'ai crié, criéééé à l'un pour qu'il revient....

     

    j'me prélasse avec l'Alaint erclasse.

    mais je vrille avec l'alain timidé.

    j'me fatigue avec Alain franchissable,

    et j'me lasse avec Alain cassable.

    j'perd mon calme avec l'Alain terriorisé.

    et je fuis Alain terface.

     

    Et j'ai crié, criéééé à l'un pour qu'il revient....

     

    La vie est dure avec Alain venté.

    Plus facile avec l'Alain terprète.

    j'suis sournoise avec Alain différent.

    Et j'reste de marbre avec Alain terrompant.

    j'l'aime bien l'Alain time.

    Mais là j'peux pas avec alain fime.

     

    Et j'ai crié, criéééé à l'un pour qu'il revient....

    Ah pas facile avec Alain traîtable

    Ni la passion avec Alain souciant.

    Je refuse Alain jonction.

    et j'me bat avec Alain trigant.

    Je me lasse d'Alain trusion.

    Mais je l'aime Alain trouvable...

    Et j'ai crié, criéééé à l'un pour qu'il revient....

     

    Paf.

    à l'un-terressant

    à l'un-dividu

    à l'un-vention

     

    à Karinette

     

     IMAGES DE DEVIANTART.

    Paf-Youtuve-Vidéo.

     

    ALAIN ?

    Paf.

    Pin It

    8 commentaires
  • défi d'évy/Plumes de poètes

    LA PORTE.

     

    La porte.

     

    Je fermerai la porte,

     

    quand t'ouvriras la bouche,

     

    quand tu diras tous les mots qui me touchent.

     

    Dès que je sentirai ta présence, ton odeur, peu importe,

     

    j'te planterai là dans l'décor.

     


    comme un vieux meuble trop vernis et trop fort.

     

    J'te tournerai le dos, sans t'écraser comme un cloporte.

     

    Et,  j't'oublierai dans un sommeil de plomb,

     

    p'tit soldat sans escorte.

     

    Mon roi des cons,

     

    en quelques sortes...

     

     

    Oui, la porte,

     

     

     

    celle que t'ouvres comme un lâche,

     

    j'la referm'rai sans relâche.

     

    Tant que j' s'rais sûre d'la niaise agressivité

     

    qui t'réconforte.

     

    je clouerai tous tes vices, même ceux cachés,

    qui m'insupportent.

     

    Je t'éviterai comme la peste, le choléra,

     

    sans ajouter quoique ce soit, comme pour un rat.

    Alors je serai la plus forte.

     

    Et j't'bouclerai sans détours

    à double tours,

     

     

    LA PORTE.

     

     

     

    Paf.

     

    Pin It

    21 commentaires
  •  L'abécèdaire des NULS.

    http://annuairepourlesnuls.fr/

     

    JEUDI 13 JUIN 2013

    LETTRE : " P "


     

    PARTAGER MON PARADIS...

     

     

    Partager mon Paradis

    avec toi,

    l'enfant qui ne sourit pas...

    avec toi,

    la Grand-mère qu'on oublie trop là-bas...

    avec toi,

    le père qui n'existe plus sur les lois.

    avec toi,

    mon ami de souffrances qui s'endort attaché à leurs cad'nas.

    avec toi ,

    le chat errant pas angora, 

    qu'on n'remarqu'ra même pas dans ta S.P.A...

     

    Partager mon Paradis avec toi....

    Partager mon Paradis.

    Contre toi,

    le scélèrat qui vend ta fille Voilée à un vieillard qu'elle connait pas.

    Contre toi,

    assassin d'étoiles aux firmaments ensanglantés, aux lumières-traumas

    Contre toi,

    Justice de pacotille, qui donne tous les pouvoirs, perchée sur ta balance sans poids.

    Contre toi,

    La jalousie, la mère de tous les vices de l'injustice sous les toits.

    Contre toi,

    La bourgeoise siliconée qui débarque en rolls dans les favellas..

    Contre toi,  partager mon paradis...

     

    Partager mon paradis

    avec lui.

    Pacter avec le diable, lui redonner ma vie.

     Protéger son âme, lui murmurer l'envie,

    Me battre avec mes armes pour briser les ennuis,

    Rester dans la pènombre pour éclairer son lit,

    Pousser les pierres qui rouleront devant lui.

    Anticiper les Tsunamis.

    Lui libérer toutes les fleurs épanouies.

    Puis,

    lui donner à jamais mon Paradis.

     

    Paf.

     

    Pin It

    27 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique