• Mémoires défibrilatées

    Mémoires défibrilatées/ 16 octobre 2007

    16 octobre 2007

     

    Quand j'ai commencè à ècrire, j'avais tous les droits..

     

    Enfin je le croyais dur comme fer!

    Le droit de vivre et le droit de mourir..

    Non.

    Finalement je n'ai pas le droit de mourir..

     

    Mon corps a bien essayé et crois moi , mon fils , il y a mis le paquet!

    Mais je suis revenue...

    Cassée mais vivante!!

     

    Alors je te le demande : quoi faire maintenant?

     

    Car même si je suis " PAF LA RAGE ", mon coeur n'a plus de rage. Il est au ralenti et je ne sais plus quoi faire avec lui..

    Je ne me ressemble plus : speed avant complètement amorphe maintenant; Mon coeur à prendre s'est tranformé en coeur bionique..

    Lent, instable et mou.

     

    ALORS JE TE LE DEMANDE : je fous quoi avec ça??

    Stents, pacemaker et défibrilateur et cie! En plus j'ai toujours envie de fumer ma blonde, bonne et chaude mais interdite.

    Gros interdit!

     

    Marre!

    Marre des hostos froids où tout le monde est à la même enseigne : la survie..

    Mon coeur est devenu un outil de travail pour cardiologues avertis..

    Et moi là-dedans, tu vois je grince des dents!

     

    Chut! Je vis! Et mes copines de dire : pense à respirer la fleur et à souffler la bougie. OUI.

    Bien-sûr ..Pourquoi pas??

    Mais j'ai les èpines de la fleur en question qui me piquent le coeur et me font dire NON.

    Bon, c'est vrai , il faut que j'arrête de me plaindre car je suis un Miracle!

    En plein dèbâcle mais un Miracle qu'en même...

     

    ça va pas être simple de gèrer sa life avec des données èlectroniques et fèbriles.

    Vis ta vie dit "l'émission de télé-réalité", ouais! Faut voir!!!

    Je suis sur le fil du rasoir M.D.P.H

    M comme Malheur?

    D comme Destroy?

    P comme Perdue?

    H comme Highlander!

     

    C'est vrai tu sais parfois, j'ai un peu peur.. Et je me traîne insouciante et fèbrile dans une citè de pacotille. Mes neuronnes ne sont plus autonomes et j'entends les bruits de comptoirs qui oscillent entre les rèves et l'alcoolèmie...

    Les gens parlent juste pour vivre. On ne s'écoute même pas. On discute juste pour se dire d'arrêter le délire!

    OUI.

    J'aime la vie, à la base..Ma base est simple, libre. Mais aujourd'hui, je sais qu'il faut que je compose sans harmonie le requiem que va être ma vie...

     

    J'ai l'air triste, abattue, non je réflèchis et cherche des remèdes à ma dètresse....

    L'humour?

    Oui, aucun risque là-dessus je suis tombé dedans comme Obèlix..

    Les amis? Oui. Ceux qui rèsistent à mes cyclothimies.

    Les amours? Oui. ceux qui oublient la peur. Ceux qui oublient la mort...

     

    C'est très difficile de te dire à quel point j'aime la vie car tu me vois chaque jour, brûler mes dernières cartouches!

     

    Je cogîte. Je vis. J'aime. Je deteste, mais on dirait qu'il me manque quelque chose.

    soixante-quinze pour cent de capacitès?

     

    Peut-être ou bien l'amour qui se refuse à moi comme la richesse se refuse au quart-monde!

     

    J e me ferme d'instinct.

     

    Je me ferme pour un rien.

     

    Vivre c'est aimer.

     

    Aimer c'est vivre.

     

    OUI. OK! Rien de compliqué là-dedans.

     

    Alors, pourquoi je n'y arrive pas?

     

    Parce que je suis en apnée et que mon coeur d'artichaut est devenu tomate-cerise..

     

    Un p'tit bout de rien dans un monde de brutes.

     

    Heureusement, il me reste des tripes....

     

    Et on peut AIMER AVEC SES TRIPES.

    RIEN N'EST PERDU ALORS....